Sudan, dernier mâle de la sous-espèce des rhinocéros blancs du Nord, ici en décembre 2016 dans la réserve d'Ol Pejeta au Kenya, est mort le 20 mars 2018. (AFP / Tony Karumba)

Le dernier mâle

Ol Pejeta (Kenya) -- Quand j’ai appris la mort de Sudan, le dernier mâle de la sous-espèce des rhinocéros blanc du nord, je terminais un reportage sur des braconniers. Je me souviens d’autant mieux de lui que je faisais partie de ceux qui l’avaient accueilli il y a presque dix ans, en 2009, quand il a été transféré au Kenya depuis la République tchèque.

Sudan, one of four extremely endangered Northern White rhinoceros shipped to Kenya on December 20, 2009, emerges from his crate after arriving at the Ol Pejeta reserve near the central Kenyan town of Nanyuki, some 350 kms north of the capital Nairobi. Sudan, dernier représentant mâle de la sous-espèce des rhinocéros blancs du nord, va sortir de la cage dans laquelle il a été transporté depuis un zoo tchèque jusqu'au Kenya, sa nouvelle patrie d'adoption, en décembre 2009. (AFP / Tony Karumba)

Son arrivée dans la réserve d’Ol Pejeta, en compagnie de trois congénères dont sa fille Najin et sa petite-fille Fatu, avait fait l’évènement dans la communauté des défenseurs de la nature. Je me souviens très bien des photos que j’avais prises de lui à l‘époque, et de mon étonnement face au calme que l’animal conservait au milieu de toute cette excitation. Tout le monde se bousculait autour de sa cage pour essayer de le prendre en photo.

Care giver Peter crouches next to Najin, the older of only two remaining female northern white rhinoceros subspecies, on December 5, 2016, at the Ol Pejeta conservancy in Laikipia County -- at the foot of Mount Kenya -- that is home to the planet's last-tPeter, un des gardiens d'Ol Pejeta, avec Najin, fille de Sudan. Avec Fatu, derrière, elles sont les deux derniers spécimens de la sous-espèce des rhinocéros blanc du nord. Le 5 décembre 2016. (AFP / Tony Karumba)

Maintenant qu’il n’est plus là, je pourrai bien sûr regretter de ne pas avoir passé plus de temps avec lui.  C’est l’inverse, je mesure la chance que j’ai eu de profiter de tous ces moments… Les responsables et les gardiens d’Ol Pejeta ont toujours essayé de nous faciliter les choses pour que mes collègues et moi-même puissions suivre l’existence de Sudan dans sa patrie d’adoption.

Najin (L) and Fatu, the only two remaining female northern white rhinos graze together in their paddock on March 20, 2018 at the ol-Pejeta conservancy in Nanyuki, north of capital Nairobi.Najin, à gauche, et Fatu, les deux dernières représentantes de la sous-espèce du rhinocéros blanc du Nord, à Ol Pejeta, le 20 mars 2018. (AFP / Tony Karumba)

Capturé au Sud-Soudan dans les années 70, il avait été transféré au zoo tchèque de Dvur Kralove avant de retrouver sa terre africaine. Dans l’intervalle les braconniers ont décimé sa sous-espèce, les cornes de rhinocéros étant prisées en Asie pour leurs prétendues vertus curatives.

Au moment de la naissance de Sudan en 1973 il restait encore environ 700 rhinocéros blanc du Nord. Il ne reste plus que deux femelles aujourd'hui. Le rhinocéros est très prisé des braconniers. En 2016, sa corne s'échangeait au marché noir jusqu'à 57.000 euros le kilo, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature. (AFP/ Adrian Leung et John Saeki)

 J’ai été très affecté quand s’est discrètement diffusée la nouvelle que Sudan était victime d’une infection d’origine virale qui pourrait l’emporter. Environ une semaine et demie avant que son décès ne survienne, nous avons appris qu’il faudrait probablement l’euthanasier. Même à ce moment, il y avait encore un espoir qu’il puisse s’en sortir. Mais son état a empiré, et ils ont mis fin à ses souffrances.

Fatu, one of the only two remaining female northern white rhino, runs in her paddock on March 20, 2018 at the ol-Pejeta conservancy in Nanyuki, north of capital Nairobi.Fatu, la petite fille de Sudan, dans son enclos e la réserve d'Ol Pejeta, au pied du mont Kenya. Le 20 mars 2018. (AFP / Tony Karumba)

Quelque part j’étais soulagé d’avoir cédé mon tour de permanence pour couvrir ce moment, parce que je ne voulais pas conserver ce souvenir de lui à un moment si triste. 

Je préfère garder l’image d’un animal doux, tranquille, imposant et majestueux. Quand la nouvelle est tombée, nous avons fait un détour par la réserve de Ol-Pejeta. 

The only remaining male northern-white Rhino on the planet, 'sudan' is seen on May 23, 2015 at the ol-Pejeta sanctuary in Kenya's Mt. Kenya region (approximately 250 kilometres) north of the capital, Nairobi. Sudan and his two-female companions, Suin and Sudan, le 23 mai 2015. Ses cornes, imposantes à l'origine, avaient été sciées pour dissuader une attaque éventuelle de braconniers. (AFP / Tony Karumba)

L’atmosphère était pesante et l’endroit toujours aussi beau, particulièrement avec le vert tendre de la végétation, caractéristique de l’arrivée de la saison des pluies au Kenya. Mais pour tous ceux dont le chemin avait eu la chance de croiser celui de Sudan, c’était un moment très triste. Ses gardiens, toujours aussi polis et accueillants, étaient bouleversés.

Sudan, the last known male of the northern white rhinoceros subspecies, stands in his enclosure on December 5, 2016, at the Ol Pejeta conservancy in Laikipia County -- at the foot of Mount Kenya -- that is home to the planet's last-three northern white rhSudan, à Ol pejeta, le 5 décembre 2016. (AFP / Tony Karumba)
Jeremiah Kimathi, one of the dedicated rhino care givers at the ol-Pejeta conservancy, walks among head stones that mark the graves of rhinos that were killed or died of other causes on March 20, 2018 in Nanyuki, north of capital Nairobi.Jeremiah Kimathi, un des soigneurs animaliers de la réserve d'Ol Pejeta, qui abrite un cimetière pour les rhinocéros. Ici, la tombe de Job, abattu dans son enclos pour voler ses cornes, toutes deux sciées. (AFP / Tony Karumba)

 

 

Tout le monde doit mourir et la mort de Sudan était elle aussi dans l’ordre des choses. Seulement elle a revêtu un caractère historique en tenant compte du statut particulier de cet individu, dernier espoir de perpétuation de sa sous-espèce. C’est très naturel d’éprouver des sentiments à son égard et pour sa disparition. Il était le dernier symbole de son espèce, et que ça concerne un animal ou une plante, il faudrait avoir un cœur de pierre pour ne pas être ému. Ça n’est pas rationnel, c’est juste une émotion très forte.

O GO WITH AFP STORY BY NICOLAS DELAUNAY A caregiver calms Sudan, the last known male of the northern white rhinoceros subspecies, on December 5, 2016, at the Ol Pejeta conservancy in Laikipia County -- at the foot of Mount Kenya -- that is home to the plaSudan, avec un de ses gardiens, le 5 décembre 2015. (AFP / Tony Karumba)

Sa disparition a été largement commentée dans la presse et dans les conversations. Le tourisme est une part importante de l’économie kényane, et Sudan jouait un grand rôle dans sa promotion. Il attirait beaucoup de visiteurs. Au-delà, son sort aura popularisé les efforts de conservation et de protection de la nature. C’est peut-être l’héritage le plus important qu’il laisse.  

Ce billet a été écrit avec Pierre Célérier à Paris. 

Tony Karumba