Enfants à la distribution d'eau du camp de déplacés d'al-Khazir, près de Mossoul, 6 juin 2017. (AFP / Karim Sahib)

Des ombres pour dévoiler la beauté

Mossoul (Irak) -- A Mossoul et al-Khazir j’ai utilisé plus d’une fois les ombres et la technique du contre-jour, pour cacher la misère sur le visage des enfants déplacés.

Ils restent identifiables grâce à des signes, comme le fait de se déplacer avec un récipient pour collecter de l’eau ou des ustensiles pour  obtenir des vivres.

J’ai fait de mon mieux pour que les photos d'eux soient belles et expressives, en multipliant les effets artistiques. C’est une façon de leur rendre l’humanité et la beauté que la guerre leur a volées.

An Iraqi woman bakes bread at the Al-Khazir camp for internally displaced people, located between Arbil and Mosul, on June 6, 2017.Une femme cuit du pain dans le camp de déplacés d'al-Khazir, situé non loin de Mossoul, le 6 juin 2017. (AFP / Karim Sahib)
Displaced Iraqis receive aid food during the Muslim holy month of Ramadan at al-Khazir camp for the internally displaced, located between Arbil and Mosul, on June 5, Une enfant après une distribution de galettes de pain, dans le camp pour déplacés d'al-Khazir, près de Mossoul, le 5 juin 2017. (AFP / Karim Sahib)

 

 

Ils ont survécu aux combats qui se poursuivent pour la libération de Mossoul du groupe Etat islamique.

Mais j’ai ressenti de l’inquiétude pour ces enfants et ces femmes, qui ont besoin de réapprendre à vivre après trois ans d’une existence anormale sous le joug de Daech.

J’ai pu constater les effets de son idéologie sur ces enfants qui chantent les slogans religieux du groupe, jouent à la guerre et arborent les signes de l’unicité, propres au groupe extrémiste.

Iraqi children peer through a tarpaulin as they collect water from a tank at the Al-Khazir camp for internally displaced people, located between Arbil and Mosul, on June 6, 2017.Camp de déplacés d'al-Khazir, entre Erbil et Mossoul, 6 juin 2017. Le deuxième enfant à partir de la gauche pointe son index en l'air, comme on apprend à le faire dans les rangs du groupe Etat islamique. (AFP / Karim Sahib)

 

Les femmes manquent de féminité, avec des visages sans maquillage, belles mais avec des peaux pleines de boutons. Pour elles, le quotidien a été dur, notamment pour trouver de quoi nourrir leurs enfants. Ce sont les visages sans vie et sans espoir des réfugiés.

Iraqis flee their homes as government forces advance in western Mosul's Zanjili neighbourhood on June 7, 2017, during ongoing battles to retake the city from Islamic State (IS) group fightersUne famille fuit le quartier de Zanjili, dans l'ouest de Mossoul, le 7 juin 2017. (AFP / Karim Sahib)

 

Ceux que j’ai saisis à la sortie des combats ne sont pas uniformes. Les enfants et les femmes sont souriants, tandis que la peur marque les traits des hommes barbus, peur des services de sécurité irakiens, peur d’être soupçonnés d’appartenir à Daech et d’être arrêtés. Ils sortent de quartiers totalement dévastés, avec de nombreux barrages.

A member of the Iraqi forces loads a mortar as displaced residents evacuate from western Mosul's Zanjili neighbourhoodm, as government forces advance in the area during their ongoing battle against Islamic State (IS) group fighters on May 31, 2017.Des habitant fuient leur quartier de Zanjili, dans Mossoul, pendant qu'un combattant des forces irakiennes s'apprête à tirer un obus de mortier vers les positions tenues par Daech dans la ville, le 31 mai 2017. (AFP / Karim Sahib)
Iraqi government forces advance in western Mosul's Zanjili neighbourhood on June 7, 2017, during ongoing battles as they try to retake the city from Islamic State (IS) group fighters. Quartier de Zanjili, 7 juin 2017. (AFP / Karim Sahib)

 

 

Pour moi, le spectacle de la mort et de la destruction à tous les coins de rue a été épuisant. J’ai eu peur tout le temps. Peur lorsqu’on est pris dans des tirs croisés, peur d’un kamikaze qui surgit de n’importe où, peur des voitures piégées et des tirs de mortier ou de simples armes automatiques. A chaque fois que surgit un barbu tu ne sais pas si tu as affaire à terroriste ou à un simple citoyen.

Iraqis look at smoke billowing from a building following a reported car bomb in western Mosul's Zanjili neighbourhood on June 7, 2017Après l'explosion d'une voiture piégée, Mossoul, 7 juin 2017. (AFP / Karim Sahib)
A member of the Iraqi forces guards a position in Mosul's western al-Saha neighbourhood during their ongoing battle to retake the area from Islamic State (IS) group fighters on May 28, 2017Un membre des forces irakiennes, quartier d'al-Saha, Mossoul, 28 mai 2017. (AFP / Karim Sahib)

 

 

Derrière chaque photo se trouve une histoire particulière. Chaque personne porte un drame, comme celui d’avoir perdu sa maison, ou quelqu’un de sa famille. J’ai vu des enfants et des femmes fuir en abandonnant les cadavres de proches, puis me demander de les aider à les récupérer. Quel sentiment d’impuissance devant le fait que ces corps gisent dans des périmètres à l'accès interdit par des militaires. 

En tant qu’Irakien parlant leur langue, j’ai vite compris le drame de ces gens et c’est avec l’appareil photo que j’ai dialogué avec eux. J’ai quelques facilités pour m’introduire dans leur monde, pour avoir la liberté de les prendre en photo, notamment les femmes. Avec un peu de diplomatie et de petits bakchichs, pour détendre l’atmosphère.

Iraqis stand in line to receive food aid in western Mosul's Zanjili neighbourhood on June 7, 2017, during ongoing battles as Iraqi forces try to retake the city from Islamic State (IS) group fighters.Distribution d'aide alimentaire dans le quartier de Zanjili, dans l'ouest de Mossoul, le 7 juin 2017. Les combats des forces irakiennes se poursuivent non loin pour reprendre ce qui reste de la ville encore aux mains de Daech. (AFP / Karim Sahib)

 

J’ai souvent choisi des vues panoramiques pour donner une idée de l’étendue des lieux et de la gravité des destructions. J’ai senti aussi que la photo peut être plus expressive lorsqu’elle réunit le sujet avec son environnement. A d’autres moments, le portrait s’est imposé, notamment en tombant sur le désespoir d’une femme en pleurs.

An Iraqi woman sits at the Al-Khazir camp for internally displaced people, located between Arbil and Mosul, on June 6, 2017.Camp de déplacés d'al-Khazir, 6 juin 2017. (AFP / Karim Sahib)

 

Je suis arrivé à Mossoul après avoir couvert la semaine de la mode à Dubaï.

J’ai 55 ans, et j'ai vécu une expérience similaire en photographiant la guerre à Bagdad, à l'époque de l'invasion américaine en 2003.

J’ai été ensuite nommé au bureau de l'AFP à Dubaï. On m’a demandé au lendemain de mon arrivée de couvrir un match de cricket féminin. Je n'ai pas pu prendre de photos. C'était trop difficile de concilier ces deux mondes, celui de la guerre et celui de la paix.

A member of the Iraqi government forces holds a rocket-propelled grenade as they advance in western Mosul's Zanjili neighbourhood on June 7, 2017, during ongoing battles against Islamic State (IS) group fighters. Un membre des forces irakiennes avec son lance-roquettes antichar, quartier de Zanjili, Mossoul, 7 juin 2017. (AFP / Karim Sahib)

 

J’ai revécu ce même conflit cette fois-ci, en passant des défilés de mode à la litanie de la mort et des destructions. Je me suis senti comme « intimidé » de passer d’une atmosphère de paix à celle de la guerre.  Mais à chaque monde sa propre ambiance.

La mode à Dubaï était un monde plein de couleurs, parfumé, fait de décors et de lumières alors que celui de Mossoul résonnait du bruit des canons, fait de noir et de blanc, de hijabs, de maisons détruite, d’odeur de mort et de peur.

Le contraste est si brutal qu’on a besoin de s'immerger rapidement dans cette atmosphère et de trouver les ressources pour maîtriser sa peur.

Models walk down the catwalk wearing designs by Zoe Eckett during the Arab Fashion Week in the United Arab Emirate of Dubai on May 18, 2017.Défilé de mode à l'Arab Fashion Week de Dubaï, 18 mai 2017. (AFP / Karim Sahib)
A displaced Iraqi girl reacts as she evacuates from western Mosul's Zanjili neighbourhood on June 1, 2017 during ongoing battles between Iraqi forces to retake the city from Islamic State (IS) group fightersQuinze jours plus tard, jeune fille évacuée d'un quartier ouest de Mossoul, Zanjili, le 1er juin 2017. (AFP / Karim Sahib)

 

 

Ici et là, ce sont les mêmes femmes. Elles défilent devant toi à Dubaï, couverte de bijoux, alors que tu es détendu. A Mossoul, elles défilent couvertes de noir et sur fond de destructions. Les unes dans le calme, les autres avec des gestes hystériques, provoqués par la peur de mourir.

Les visages que j’ai saisi étaient sans espoir, parce que leurs demeures ont été détruites et qu’ils se retrouvent comme des prisonniers dans les camps. Ils sont là à mendier de l’eau, de la nourriture, de l’électricité par 45° Celsius. Des enfants sans aires de jeu, entassés de sept à dix dans des tentes d’un mètre sur deux.

A child runs outside a tent after sunset on the first fasting day of the Muslim holy month of Ramadan, at al-Khazir camp for the internally displaced, located between Arbil and Mosul, on May 27, 2017Après le coucher du soleil, et le premier jour du ramadan, dans le camp de déplacés d'al-Khazir, 27 mai 2017. (AFP / Karim Sahib)

 

Des gens qui vivent sans intimité, qui cohabitent sans paravents et attendent chaque jour de pouvoir manger à leur faim. Les aides sont rares et ne couvrent pas les besoins, m’ont-ils dit à chaque fois que je les ai rencontrés.

Au fond, dans toutes mes photos, j’ai voulu dire qu'avant les pierres, la guerre détruit les hommes.
 

The silhouettes of Iraqi children are seen on tarpaulin as they collect water from a tank at the Al-Khazir camp for internally displaced people, located between Arbil and Mosul, on June 6, 2017.Enfants à la distribution d'eau du camp de déplacés d'al-Khazir, près de Mossoul, 6 juin 2017. (AFP / Karim Sahib)

Ce billet de blog a été écrit avec Pierre Célérier à Paris.

Karim Sahib