Une cycliste adresse un doigt d'honneur au convoi transportant le président Donald Trump après sa partie de golf, à Sterling, en Virginie, le 28 octobre 2017. (AFP / Brendan Smialowski)

Attraper le doigt au vol

Sterling, Virginie (Etats-Unis) -- Faire un doigt d’honneur au passage du convoi du président américain n’est pas rare. Mais là où cette cycliste s’est distinguée c’est par sa ténacité. Après que le convoi l’ait doublée, elle s’est débrouillée pour le rattraper et réitérer son geste.

US President Donald Trump walks to his motorcade outside the White House in Washington, DC, before traveling to Trump National Golf Course on October 28, 2017Donald Trump quitte la Maison Blanche à Washington avant de se rendre au Trump National Golf Course en Virginie, le 28 octobre 2017. (AFP/ Brendan Smialowski)

En tant que membres du pool de la Maison Blanche, les photographes de l’AFP suivent le président en permanence ou presque.

Comme nous accompagnons un des dirigeants les plus puissants du monde, une partie importante de notre travail consiste en ce que nous appelons une couverture de "sécurité".

Par exemple, avant de décoller dans l’avion Air Force One nous transmettons systématiquement une photo du président, au cas où il y ait un accident. Cette image serait la dernière disponible de lui.

Quand nous sommes dans le convoi nous gardons toujours un œil ouvert. Parce qu’on ne sait jamais ce qui peut arriver, notamment s'il y a de la circulation. C’est pourquoi dans ces moments je prends toujours des photos que, la plupart du temps, je ne transmets pas.

Donald Trump est le troisième président américain que je suis en tant que photographe. Ils sont tous destinataires de gestes sympathiques ou pas, doigt d’honneur ou pouce levé. Mais celui-ci fait l’objet d’une passion particulière, qu’elle vienne de ses supporters ou de ses détracteurs.

Supporters of Republican presidential nominee Donald Trump hold up signs as a motorcade with Democratic presidential nominee Hillary Clinton passes after a fundraiser on September 21, 2016 in Lake Mary, Florida. Des supporters du candidat républicain à la présidentielle Donald Trump, au passage d'un convoi de son adversaire démocrate pour la présidentielle Hillary Clinton, à Lake Mary, Floride, le 21 septembre 2016. (AFP / Brendan Smialowski)
A protester holds an impeach sign outside the Trump National Golf Course as a motorcade with US President Donald Trump arrives in Sterling, Virginia, on October 28, 2017.Une femme tient une pancarte demandant la destitution du président américain Donald Trump, au passage de son convoi devant le Trump National Golf Course, à Sterling, Virginie, le 28 octobre 2017. (AFP / Brendan Smialowski)

 

 

Ce jour là, quand nous avons quitté le club de golf de Trump en Virginie, nous nous trouvions dans ce que nous appelons un convoi « off the record ». C’est le plus discret. Il s’arrête aux feux rouges et respecte en général le code de la route. Il n’utilise les sirènes et lumières qu’en cas de besoin. L’objectif est de rester incognito, dans la mesure du possible.

US President Barack Obama's motorcade travels through McLean, Virginia as it heads to Walter Reed National Military Medical Center in Bethesda, Maryland June 21, 2016. Le convoi du président Barack Obama traverse McLean, en Virginie, pour se rendre à l'hôpital militaire Walter Reed, à Bethesda, Maryland, le 21 juin 2016. (AFP / Brendan Smialowski)


 

Pour les conducteurs normaux dans la rue, ça donne l’impression d’être coincé derrière une file imposante de gros véhicules qui vous empêchent de passer.

Je me souviens une fois avec le président George W. Bush de cette femme qui s’évertuait, en vain, à doubler le convoi. Elle y est arrivée uniquement à la faveur d'un embranchement sur l’autoroute. Elle avait l’air furieuse. Elle criait et nous a fait un doigt d’honneur. Mais je pense qu’elle se moquait de la politique à ce moment-là, elle était juste en colère d’être retardée par le convoi.

People watch from an overpass as a motorcade with US President Donald Trump drives after departing Trump National Golf Course October 28, 2017 in Sterling, Virginia.Un obstacle a priori infranchissable pour un conducteur se trouvant derrière, le convoi présidentiel. Ici celui de Donald Trump vient de quitter le Trump National Golf Course, le 28 octobre 2017. (AFP / Brendan Smialowski)

 

Ce qui n’était pas le cas de la cycliste en Virginie. Elle semblait parfaitement savoir qui se trouvait derrière les vitres fumées du véhicule.

La photo que j’ai transmis a été prise au moment où le convoi la doublait. Ce dernier l’a ensuite empêché de passer, comme il est de rigueur. Alors elle montée sur le trottoir, nous a rattrapés, et quand le convoi s’est trouvé arrêté à un feu rouge, elle a pédalé jusqu’aux voitures de tête, en répétant son geste à leur intention une deuxième fois. J’ai continué à prendre des photos parce que je me demandais si la sécurité ne finirait pas par intervenir.    

Photographier à travers une vitre de voiture peut se révéler difficile. Mais dans ce cas, elle n’a pas déformé l’image, et elle était propre…. Et comme nous étions dans une côte j’ai pu cadrer la photo facilement.

 

Les photos à partir du convoi sont parfois les seules de toute la journée pendant lesquelles on va apercevoir le président.

Donald Trump et son épouse Melania, dans le véhicule les transportant du Trump International Hotel à la Maison Blanche, le 28 octobre 2017Donald Trump et son épouse Melania, dans le véhicule les transportant du Trump International Hotel à la Maison Blanche, le 28 octobre 2017 (AFP/ Brendan Smialowski)


 

Elles offrent aussi parfois l'unique expression de désaccord avec les positions du président quand il est en déplacement officiel. 

Récemment par exemple j'ai pu photographier un vétéran agenouillé avec un drapeau américain plié. Un geste éminemment politique, en référence à celui des sportifs qui mettent un genou à terre pendant la diffusion de l'hymne américain pour protester contre plusieurs meurtres de Noirs par des policiers blancs.

A man takes a knee while holding an American flag as a motorcade with US President Donald Trump drives to Indianapolis International Airport September 27, 2017 in Indianapolis, Indiana. Au passage du convoi transportant Donald Trump, qui se rend à l'aéroport d'Indianapolis, le 27 septembre 2017. (AFP / Brendan Smialowski)

 

En tout cas, durant toutes ces années et trois administrations successives, je n’ai jamais été embêté par la Maison Blanche pour avoir fait mon travail.

En fait, c’est intéressant de constater à quel point l’administration actuelle s’est révélée  ouverte avec les photographes.

Le président Trump est réputé avoir une relation d'antagonisme avec la presse. Mais paradoxalement, l’accès que nous avons à sa personne est bien meilleur que celui dont nous disposions avec son prédécesseur, qui insistait pourtant sur la nécessité de la transparence en politique.

Pendant son premier mandat, l’administration Obama a rapidement bouclé l’accès aux moments officiels, ces quelques secondes dont les photographes disposent pour faire leur travail au début d’un entretien du président avec quelqu’un. Plusieurs réunions traditionnellement ouvertes à la presse ne l’ont plus été. On pouvait passer des journées entières à la Maison Blanche sans l’apercevoir. L’administration essayait de tout contrôler.

Elle ne voulait montrer qu’un côté d’Obama, celui pris par son photographe officiel. 

US President Barack Obama, seen through a window, speaks on the phone with King Abdullah II of Jordan in the Oval Office of the White House on August 8, 2014 in Washington, DC.  Le président Barack Obama, en conversation téléphonique avec le roi de Jordanie Abdallah II dans le bureau ovale à la Maison blanche, le 8 août 2014. (AFP / Brendan Smialowski)
A motorcade is seen reflected in glass as US President Barack Obama is seen in an armored vehicle while traveling to Hanauma Bay Nature Preserve to snorkel December 29, 2015 in Kailua, Hawaii.Reflet dans une vitre du convoi avec Barack Obama, sur l'île d'Hawaï, le 29 décembre 2015. (AFP / Brendan Smialowski)

 

 

Avec Trump c’est l’inverse. Malgré les attaques répétées du président contre les médias, son administration nous ouvre beaucoup plus de portes. Ce qui nous permet de mieux travailler.       

Photographing President Donald Trump at the Oval Office on October 27, 2017.Le pool de la Maison Blanche au travail dans le bureau ovale avec Donald Trump, le 27 octobre 2017. (AFP / Brendan Smialowski)
US President Donald Trump in the East Room of the White House on October 26, 2017.Donald Trump dans la Maison Blanche, Washington D.C., 26 octobre 2017. (AFP / Brendan Smialowski)

 

 

Brendan Smialowski