20 Août 1944: à tous les journaux libres de Paris (Podcast)

Août 1944, début de l’insurrection de Paris : un groupe de résistants, dont certains anciens journalistes de l’agence Havas-Information se donnent rendez-vous place de la Bourse. La mission qui leur a été confiée par le Mouvement de Libération Nationale, le MLN, ils la préparent depuis longtemps : avec une poignée de combattants des Forces Françaises de l’Intérieur, des FFI, ils vont libérer leur ancienne agence de presse. Celle-ci a été rebaptisée Office Français d’Information, OFI, par le gouvernement de Vichy et est contrôlée par les Allemands.  

Dans ce podcast, Gilles Martinet, un des journalistes du groupe de résistants qui libère l’AFP et en devient, à seulement 28 ans, le premier rédacteur en chef, raconte ce moment historique et les jours de l’insurrection.

Une interview réalisée par Stéphanie Duncan en 2004, deux ans avant la mort de celui qui a suivi, tout au long de sa vie, un parcours engagé dans les médias et la politique, en participant à  la création de l’hebdomadaire L’Observateur ou à la fondation du Parti Socialiste Unifié (PSU). Hugo Martin, commissaire de l’exposition ‘Les Unes de la libération’ nous explique comment les journaux renaissent durant cette semaine de l’insurrection.

Podcast

Une pile de documents renferme les planches-contacts, tirages noir et blanc et références de classement des images de la libération de Paris dans les archives de l’AFP. Les photos sont collées avec leurs légendes et informations de date et de lieu sur des cartons de format A4 puis sont triées par sujet et rangées dans des enveloppes de papier kraft conservées dans des boîtes d’archivage

C’est grâce à une fiche bristol, classée dans un meuble métallique qui en contient des centaines, que Cécile Cadel, documentaliste, a retrouvé la trace de photos inédites de la libération. Cette petite fiche, écrite à la plume, est la clé qui indique le numéro de la plaque de verre 28355 montrant une barricade ou le numéro 47145 pour le négatif du général De Gaulle à l’Arc de Triomphe.  Pour les scènes de ‘Paniques’ ou les ‘Collaborateurs arrêtés’, il faudra rechercher dans les tiroirs correspondants…

 

Une pastille rouge est toujours collée sur les tirages ou les pochettes des négatifs pour indiquer qu’elles sont déjà numérisées et donc disponibles pour les clients AFP dans les archives électroniques.

Gilles Martinet, pistolet à la main, se tient dans la grande salle de rédaction et lance cette phrase historique :  ‘Nous prenons possession au nom de la république française !’ Les journaux vont recevoir ce 20 Août 1944, la première dépêche AFP libre. (minute 06:08 du podcast)

La sélection ‘1J affiches journaux’ montre des photos de Parisiens lisant des quotidiens durant cette semaine de l’insurrection. Il s’agit des journaux autorisés à reparaître comme l’Humanité ou Le Figaro et d’autres créés durant les années d’occupation comme Combat ou Libération. Les extraits de quotidiens américains annoncent que les forces du général De Gaulle ont libéré la capitale ou que Paris s’est libérée toute seule. (Minute 16:50 du podcast

(Illustration David Lory / AFP)

Des plaques de verre inédites de 1944

Ce sont environ 140 plaques de verre qui étaient conservées au plus profond des archives au premier sous-sol de l’agence.

Elles témoignent de ces jours de l’insurrection : des vues de liesse populaire, l’entrée des troupes de la 2ème DB dans Paris, le Général De Gaulle, mais aussi la violence d’une photo de femme tondue. Nous ne connaissons pas les noms des photographes, car à cette époque, les images n’étaient pas créditées. (Minute 15:35 du podcast)

Les plaques de verre qui sont montrées ci-dessous sont des négatifs posés sur une table lumineuse. Nous avons inversé l’image pour qu'elles soient visibles en positif, comme un tirage photo.

Faites défiler et zoomez

Le 26 Août, alors que le Général De Gaulle arrive à Notre-Dame, une fusillade éclate et les Parisiens venus célébrer leurs sauveurs se couchent à terre ou se protègent derrière les véhicules. De Gaulle reste stoïque attendant que tout revienne dans l’ordre. On ne trouvera pas d’Allemands ou des collaborateurs qui auraient été à l’origine des tirs, mais l’événement cristallisera la ferveur des Parisiens. (Minute 20:28 du podcast)

Pendant ce temps, Gilles Martinet, qui a troqué son pistolet pour une machine à écrire, n’assiste pas à la scène. Le jeune rédacteur en chef de l’AFP travaille dans son petit bureau dont il ne sort plus depuis cinq jours. On le voit ici relire le reportage de ses journalistes sur l’arrivée du général De Gaulle, avant que la dépêche ne soit envoyée par téléscripteur aux journaux libres de Paris. (Minute 22:40  du podcast

 

Nous dédions ce podcast et ces images à tous ces journalistes résistants qui ont pris l’AFP, Gilles Martinet, Claude Roussel, Jean Lagrange, Claude Martial-Bourgeon, Basile Tesselin, Pierre Courtade, Max Olivier-Lacamp, Vincent Latève. Ainsi qu'aux femmes de ce réseau clandestin dont nous n’avons trouvé d'autre trace que leur nom de résistance. Comme par exemple Line et Marine, arrêtées et torturées par la Gestapo quelques semaines avant la libération. Sans oublier ces FFI anonymes, ces reporters et ces livreurs de journaux qui durant cette semaine de l'insurrection de Paris ont payé de leur vie la liberté de la presse.

20 Août 1944 : A tous les journaux libres de Paris est une réalisation de l'infographie interactive de l'AFP avec graphisme de Fred Bourgeais et illustrations de David Lory. Podcast raconté et réalisé par Laurent Kalfala.

L’exposition « Les Unes de la Libération » se tiendra du 20 au 27 Août 2019 à la Mairie du 9ème arrondissement de Paris et se déplacera ensuite dans d’autres lieux de la capitale. 

Découvrez ou retrouvez sur le blog Making-Of un autre podcast de l’infographie interactive « Le Hold-Up du Crédit de la Bourse » épisode 1 et épisode 2 

Laurent Kalfala
David Lory
Fred Bourgeais