Manifestation des Gilets jaunes, Paris, 1er décembre 2018. (AFP / Alain Jocard)

Une violente cavale

Paris -- "On n'a jamais cavalé autant" raconte Alain Jocard, photographe, en décrivant, avec ses collègues Geoffroy Van der Hasselt et Lucas Barioulet, ce samedi 1er décembre où "ça a pété de tous les côtés".

Avec leurs collègues Zakaria Abdelkafi et Abdulmonam Eassa ils ont documenté une journée de manifestation qui fera date par son ampleur et son degré de violence.

Demonstrators stand in front of a burning car during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris.Paris, 1er décembre 2018 (AFP / Alain Jocard)

Alain Jocard: J’ai déjà couvert des grosses manifestations comme celles du 1er mai 2016 ou contre la Loi Travail, mais la grande différence cette fois c’est ce côté de guérilla urbaine, très éclatée. Sur la loi Travail il y avait un parcours assez bien établi et suivi par à peu près tout le monde. Pas cette fois, ça avait tout du mouvement populaire.

Là ça a pété de tous les côtés, ceux qui voulaient en découdre ont bien compris que les forces de l’ordre ne pouvaient pas être partout. Quand on leur a interdit les Champs Elysées ils sont partis dans toutes les directions.

A demonstrator waves a French national flag during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs in front of the Arc of Triomphe on the Champs Elysees avenue in Paris, on December 1, 2018. - Thousands of anti-governmPlace de l'Etoile, 1er décembre 2018 au matin. (AFP / Alain Jocard)

Geoffroy Van der Hasselt: On s’était donné rendez-vous à l’agence vers 8h00 samedi, avec les motards, pour se répartir les zones à couvrir et s’équiper, sans oublier pour moi les protège-tibias, le casque et un petit masque. En regardant la télévision on voit les premières interpellations vers 8h30. Ça nous a tous surpris parce que la manifestation était censée commencer à 14h00. On pensait y aller peinard, et en fait on a filé.

Ce qui a complètement changé par rapport aux autres manifestations c’est la durée et le périmètre des évènements. Ce n’est qu’en rentrant, après 20h00 que je me suis rendu compte que ça avait pété de partout. Je me suis dit que ça ressemblait à une révolution.

Policemen stand as tear gas fills during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs on the Champs Elysees, near the Eiffel tour, in Paris, on December 1, 2018. - Paris, 1er décembre 2018, mi-journée. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

Lucas Barioulet: Je suis le mouvement depuis le tout début, avec la première manifestation du 17 novembre. Samedi je me suis retrouvé en haut au début avec mon collègue Alain. Quand il y a eu les premiers tirs de gaz lacrymogène, dès 9h00, 9h1/2, on s’est dit que la journée allait être longue. On a pas levé le pied jusqu’au soir.

La difficulté est l’absence d’un front bien établi. Ça part de partout, tu ne sais pas vraiment où ça se passe. A un moment je suis monté sur une sorte d’escalier de chantier pour prendre de photos en hauteur. Dix minutes après que j’en sois redescendu il flambait.

A policeman runs during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris. - Speaking at the Paris police's command centre, French Prime Minister said 36,000 people were protesting across FrUn CRS court rejoindre ses collègues, Paris, 1er décembre 2018 (AFP / Lucas Barioulet)

A. J. : Les gens étaient de tous âges. Certains n’étaient pas masqués, ils sont venus manifester et je pense qu’un bon nombre est entré dans un cycle de violence. Ils se sont laissés embarquer et sont partis au clash.

A demonstrator walks past a fire during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, near the Arc de Triomphe, in Paris, on December 1, 2018. - Thousands of anti-government protesters are expected on December 1, 20Avenue Foch, Paris, 1er décembre. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

Les casseurs professionnels, eux, sont visiblement de plus en plus organisés. Une chose m’a frappé c’est qu’ils ont établi des barricades en série. Ils n’attendaient pas de perdre celle qu’ils avaient construite pour en dresser une autre derrière, et encore une derrière. Ça bloquait les forces de l’ordre, et d’autres groupes en profitaient pour aller casser ailleurs.

Les barricades étaient souvent occupées par des gens visiblement très énervés, pas des casseurs. Des gens qui se sont pris des volées de gaz lacrymogène, et qui lançaient tout ce qui leur tombait sous la main.

G. V. d. H: On m’avait attribué la moitié inférieure des Champs-Elysées. Les premières photos sont surprenantes. Comme l’accès à l’avenue était strictement filtré je tombe sur des familles qui se promènent, des joggeurs. Il y a un gros contraste avec les affrontements qui ont commencé en haut.

Vers midi je suis remonté vers l’Arc de Triomphe, et s’il y avait des petits groupes de gilets jaunes retranchés dans des rues adjacentes on voyait surtout au milieu de l’avenue un gros rassemblement pacifique. Sur la place les forces de l’ordre n’ont pas lésiné sur le gaz lacrymogène et les tirs de grenades assourdissantes.

A demonstrator walks past a fire during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs on the Champs Elysees, in Paris, on December 1, 2018. - Sur les champs-Elysées, 1er décembre 2018. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

G. V. d. H.: Beaucoup de manifestants n’avaient absolument pas peur. Ils n’étaient pas forcément masqués, avec juste un foulard pour les lacrymogènes.

Ils ne ressemblaient pas à des casseurs.

Demonstrators wearing Yellow vests (Gilets jaunes), face riot police officers during a protest against rising oil prices and living costs, in front of the Arc de Triomphe on the Champs Elysees avenue in Paris on December 1, 2018. - Police and anti-governmL'Arc de la Triomphe, place de l'Etoile, 1er décembre 2018. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

D'autres étaient parfaitement identifiables comme tels. Comme ce type en survêtement fluo, qui brûlait des voitures. C’était complètement idiot de faire une chose pareille en étant aussi repérable.

Certains jouaient un rôle de modérateur. J'en ai vu dissuader des types d'enflammer les grands sapins d’un fleuriste, en expliquant que ça risquait de mettre le feu à tout l’immeuble.

A French flag floats as fire is burning during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris. - Speaking at the Paris police's command centre, French Prime Minister said 36,000 people weParis, 1er décembre 2018. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

En revanche j’ai vu beaucoup de casseurs sans gilets jaunes, des jeunes, affûtés.

Sur l’avenue Victor Hugo il y avait trois types, toujours les mêmes, qui attaquaient les voitures portant des plaques diplomatiques, et puis ensuite des Smart, parce qu’elles se retournent facilement.

Ils demandaient aux autres manifestants de les aider. Ces derniers leur prêtaient main forte, emportés par leur élan.

Yellow vests (Gilets jaunes) protesters demonstrate against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris. (Photo by Abdulmonam EASSA / AFP)Avenue Foch, Paris, 1er décembre 2018, milieu d'après-midi. (AFP / Abdulmonam Eassa)

L. B.: J’ai été très marqué par le bruit. Ça a duré 8 heures. C’est quelque chose de difficile à rendre, même en vidéo. Il y a le sifflement des lacrymos, le vrombissement des flashball, les explosions de grenades de désencerclement, les cris et les insultes. Le plus étonnant c'est le silence qui s'installe avant le contact entre les deux adversaires. Jusqu’aux chocs assourdis avec les boucliers.

Demonstrators clash with riot police on the Champs Elysees avenue in Paris during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018. - Thousands of anti-government protesters are expected today on thPlace de l'Etoile, 1er décembre 2018. Il n'est même pas midi. (AFP / Lucas Barioulet)

J’ai l’habitude de travailler plutôt du côté des manifestants, parce que ça me permet de voir et sentir la foule. En plus on se dit qu’au pire on risque de prendre un tir de flash-ball. Alors que du côté des CRS, ils étaient la cible de tirs tendus à la fronde. C’est la première fois que je vois ça.

A demonstrator uses a slingshot to throw projectiles at police during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on the Champs Elysees avenue in Paris on December 1, 2018. -Place de l'Etoile, 1er décembre 2018. (AFP / Lucas Barioulet)

Je pense que les manifestants qui se sont fait embarquer étaient en général des gens lambdas, des pères de famille, des ouvriers. Ils se sont fait entraîner dans la casse, mais les vrais casseurs eux ne se font pas prendre.

Ce sont des jeunes de ma génération. J’ai 22 ans.

Il y avait une certaine agressivité à mon égard, dans leurs gestes et leurs paroles, mais ils n’en sont pas venus aux mains.

Riot police officers clash with demonstrator during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris. Paris, 1er décembre 2018. (AFP / Lucas Barioulet)

L. B.: Des manifestants m’ont demandé de ne pas les prendre en photos, surtout en pleine action, pour ne pas risquer d’être reconnus. 

D’autres étaient sympathiques. Je me suis retrouver à goûter avec eux sur une barricade, moi avec mes barres à la pomme, et eux avec leur sandwich et une bière. On a parlé de tout sauf de la manif.

A protester throws projectile at riot police during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris. (Avenue Foch, Paris, 1er décembre 2018 (AFP / Abdulmonam Eassa)

A. J. : Je n’ai pas eu de problème pour travailler. Sauf à un moment avec un groupe de « black blocs » en train de monter une barricade. Ils avaient récupéré de la laine de verre pour y foutre le feu et j’ai pris une photo. Un type est arrivé par derrière moi en gueulant : « ça c’est un enc… de journaliste Il faut lui choper son matos ». Ils m’ont embarqué sur le côté, avant de s'en prendre à quelqu’un d’autre. J’en ai profité pour filer.

A demonstrator rides past a fire during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris. - Speaking at the Paris police's command centre, French Prime Minister said 36,000 people were prot"Je me suis assis dans un abribus aux vitres brisées pour envoyer mes images, et un type avec une trottinette rose s’est posé près de moi, juste pour parler. Je lui ai montré la photo que j’avais prise de lui un peu avant. Il ne s’est pas reconnu". (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

L. B.: Le soir, à la nuit tombée je me suis retrouvé du côté des CRS, à un endroit où les manifestaient étaient masqués par des rideaux de fumée.

Policemen stand in front of demonstrators during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris. - Speaking at the Paris police's command centre, French Prime Minister said 36,000 people (AFP / Lucas Barioulet)

Et là c’était une pluie de boulons et de pavés. J’ai vu un CRS émerger de la fumée et ses collègues le mettre sur le côté. Puis il y en a eu un deuxième. Ils ont enlevé leurs casques, baissé la garde et j’ai vu leurs visages, exténués et abasourdis.

A. J.: On n’a jamais cavalé autant. Tout le monde, du premier CRS au 1er black-bloc, et les journalistes avec. Pendant la manifestation du 1er mai il y avait un groupe de disons 600 casseurs qui allaient au carton et puis se regroupaient ensuite. Là, ils s’éparpillaient partout.

A man holds a barrier during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris. - Speaking at the Paris police's command centre, French Prime Minister said 36,000 people were protesting acroUn manifestant porte une barrière. 1er décembre 2018. (AFP / Alain Jocard)

Pour un photographe ça complique pas mal les choses. Tu cherches des photos symboliques, et tu es constamment sollicité pour aller couvrir le dernier clash. Ça gêne la réflexion.

Riot police officers are covered with painting during clashes with demonstrators as part of a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs on the Champs Elysees in Paris, on December 1, 2018. -Place de l'Etoile, 1er décembre 2018. (AFP / Alain Jocard)

Rétrospectivement j’aime bien la photo du CRS couvert de peinture jaune, de la même couleur que celle des gilets des manifestants. On peut se contenter de celles de clash aux barricades bien sûr. Mais sinon il faut aller chercher le symbole. Comme celui du pompier devant les voitures qui flambent.

A firefighter looks on as cars are burning during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris. - Speaking at the Paris police's command centre, French Prime Minister said 36,000 peopleAvenue Victor Hugo, Paris, 1er décembre 2018. (AFP / Alain Jocard)

Dans l’avenue Victor-Hugo les casseurs s’en sont pris à toutes les voitures qui portaient des plaques diplomatiques. Les pompiers ont essayé de faire descendre un camion depuis le haut de l’avenue pour arriver jusqu’aux véhicules. On voit l'un d'eux qui essaie de guider ses collègues entre deux barricades. Au même moment, les casseurs sont en train de faire flamber une voiture, juste derrière.

Protesters walk by burning cars during clashes with riot police on the sideline of a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs, on December 1, 2018 in Paris.Paris, 1er décembre 2018. (AFP / Abdulmonam Eassa)

L. B. : Comment ça se passera samedi prochain? Je ne sais pas, mais j’y serai, aucun doute.

A inhabitants looks at flames from her window during a demonstration by Yellow Vests (Gilets Jaunes in French) against rising oil prices and living costs, at Bastille in the French capital Paris on December 1, 2018. Près de Bastille, 1er décembre 2018. (AFP / Zakaria Abdelkafi)

 

Alain Jocard
Lucas Barioulet