Des chemises anti-transpiration pour la Maison Blanche

Washington DC, Etats-Unis -- En arrivant dans la stricte Washington depuis la détendue Rio de Janeiro en tant que nouveau correspondant à la Maison Blanche, mon premier achat incontournable se devait d’être un costume. Pas de bain mais du genre avec cravate.

En parcourant les rayons de vêtements d’un grand magasin, mon œil a été attiré par une affichette : « chemises habillées en tissu anti-humidité ».

Il m’a fallu une seconde avant de saisir qu’il s’agissait de chemises pour le bureau qui évacuent la transpiration. Une qualité de rigueur, m’a-t’il semblé, dans une ville de plus en plus stressée.

Relaxing any way you can in the nervy US capitol -- a woman reads on a bench as others partake in an outdoor yoga class in Washington DC, May 15, 2018.Dans la capitale américaine, Washington D.C, 15 mai 2018. (AFP / Andrew Caballero-reynolds)

Par rapport à mon dernier séjour sous la présidence Obama les Etats-Unis m’ont paru plongés dans une sorte d’hystérie collective.

Peut-être pas tant collective d’ailleurs, que répartie dans les deux camps. 

A study in contrasts -- US First Lady Michelle Obama at the White House Christmas decorations viewing, December, 2013.Michelle Obama, alors Première dame des Etats-Unis, pendant la présentation des décorations de Noël à la Maison blanche, en décembre 2013. (AFP / Jim Watson)
A study in contrasts -- US First Lady Melania Trump walks through Christmas decorations at the White House,  November, 2017.Et l'actuelle Première dame, Melania Trump, pour le même occasion, en novembre 2017. (AFP / Saul Loeb)

 

Tout ce qui advient aujourd’hui est polarisé au travers du prisme de Trump.

Il est perçu au choix comme une bouffée d’air frais évitant à l’Amérique de se décomposer ou au contraire comme un égocentrique visiblement décidé à précipiter le pays dans l’abime.

Supporters of US President Donald Trump at a rally in Pensacola, Florida on November 3, 2018. Meeting de soutien à Donald Trump à Pensacola, Floride, 3 novembre 2018. (AFP / Nicholas Kamm)
Protesters rally against US President Donald Trump's immigrant family separation policies in Philadelphia, Pennsylvania, June 30, 2018.Manifestation contre la politique de séparation des familles d'immigrants, Philadelphie, Pennsylvanie, le 30 juin 2018. (AFP / Dominick Reuter)

 

 

J’ai pu voir POTUS (acronyme de Président des Etats-Unis, en anglais) en chair et en os au premier ou deuxième jour de ma prise de fonctions, en me retrouvant avec les autres correspondants dans la Salle Roosevelt, où il présidait une réunion consacrée à l’emploi. Une cérémonie de routine mais à laquelle, en tant que néophyte, j’étais très excité de participer, tout en me demandant quand une telle occasion se représenterait.

J’ai pris note de tout : le bouquet de drapeaux militaires derrière lui, le portrait héroïque de Théodore Roosevelt en « Rough Rider », -du nom d’un célèbre régiment de cavalerie qu’il commanda-, la chevelure si particulière de l’actuel président…

Ah oui, ses cheveux.

Mes enfants m’ayant spécifiquement demandé de me pencher sur le sujet, j’ai tenté maladroitement de dessiner dans mon carnet de notes les circonvolutions étranges de ces mèches couleur citron qui montent, descendent puis font des allers-retours sur le crâne du 45è président.

US President Donald Trump's hair blows in the wind as he boards Air Force One before flying to Vietnam to attend the annual Asia Pacific Economic Cooperation (APEC) summit at Beijing airport on November 10, 2017. Le président américain embarque sur Air Force One depuis l'aéroport de Pékin pour se rendre au sommet de l'APEC au Vietnam, le 10 novembre 2017. (AFP / Jim Watson)

En fait, je n’avais pas à m’inquiéter de ne pas le revoir bientôt. Même s’il a mis un terme au traditionnel briefing quotidien de la Maison Blanche, Trump se rend disponible avec une facilité déconcertante, confinant à l’absurde, en se livrant à des séances impromptues de Questions/Réponses si fréquentes et si pleines de surprises potentielles que les reporters en attrapent un torticolis journalistique.

Mais l’énigme de savoir qui est vraiment le président, un bouffon dangereux ou un sauveur atypique, reste entière. Tout comme le secret de sa coiffure.

Travailler à la Maison Blanche, ça fait assez prestigieux, et quelque part ça l’est. Parfois.

Voyager avec POTUS et sa valise nucléaire est un vrai plaisir.

Si vous prenez Air Force One, nul besoin de patienter à une porte d’embarquement, d’attendre un créneau pour atterrir ou encore d’enlever vos chaussures au contrôle de sécurité. A peine les portes du Boeing 747 sont-elles fermées que le pilote de l’appareil, -au fuselage poli comme un miroir et à l’intérieur d’un luxe discret-, décolle avec la rapidité d’un chauffeur de gang de braqueurs de banque.

On a à peine le temps de boucler sa ceinture. Le meilleur, c’est que personne ne vient s’assurer que vous l’avez fait.

Air Force One, October 15, 2018.Air Force One, 15 octobre 2018. (AFP / Saul Loeb)

Seulement, quand vous redescendez sur terre, les choses deviennent un peu bizarres.

Au début du mois dernier j’ai accompagné Trump dans plusieurs de ses meetings « Make America Great Again » dans le Sud et le Midwest. Ce qui m’a familiarisé avec l’expérience étrange d’un vol dans un confort complet – où l’on est nourri avec une cuisine réconfortante que je pourrai appeler le Régime Trump – avant d’atterrir et d’être conduit dans des enceintes pour s’y faire huer par des milliers de personnes.

La diabolisation des journalistes est un grand classique des meetings de Trump. Dans ses discours, il parle de l’économie, -forcément « vibrante »-, de l’immigration illégale, -une véritable « invasion » de violeurs et de voleurs-, du patriotisme, -avec « nos cœurs qui saignent en rouge, blanc et bleu » du drapeau américain-, et des médias, -évidemment « malhonnêtes », « Fake news » (Infox) ou encore « ennemis du peuple »-. Chacun de ces thèmes est systématiquement abordé dans chaque meeting de Trump.

Une constance remarquable chez un président accusé par ailleurs de faire régner le désordre à la Maison Blanche et de mener sa politique dans une improvisation permanente

US President Donald Trump listens during a phone conversation with Mexico's President Enrique Pena Nieto on trade in the Oval Office of the White House in Washington, DC on August 27, 2018. Le président américain pendant une conversation téléphonique avec son homologue mexicain, Enrique Pena Nieto, consacrée au commerce, depuis le bureau ovale de la Maison Blanche. 27 août 2018. (AFP / Mandel Ngan)

Ça se passe comme ça. Tout d’un coup Trump pointe du doigt l’enclos dans lequel se tiennent les reporters et raconte à la foule que nous inventons tout, que nous ne disons jamais la vérité et quel nous sommes des personnes terribles en général. Ses partisans se tournent alors vers nous avant de nous huer, pendant que Trump les encourage en secouant la tête d’un air désolé et en murmurant quelque chose qui ressemble à « triste ».

Je ne peux pas dire que ça me gêne personnellement. Cela ressemble plus à un numéro de cirque qu’à une véritable menace. En fait, je suis plutôt gêné pour ces adultes, hommes ou femmes, qui font semblant de nous menacer. Je doute fort qu’ils se livrent à ce genre d’exercice une fois rentrés à la maison ou au bureau le jour suivant. Ce qui est plus grave pour moi c’est ce qu’une scène pareille raconte sur la santé du débat et du discours politique aux Etats-Unis.

Supporters of U.S. President Donald Trump jeer the media at the Covelli Centre on July 25, 2017 in Youngstown, Ohio. Des partisans de Donald Trump huent les médias, au Covelli Center, Youngstown, Ohio, le 25 juillet 2018. (AFP / Getty Images/ Justin Merriman)
Supporters of President Donald Trump taunt the media after being egged on by the president during a campaign rally at the Amsoil Arena on June 20, 2018 in Duluth Minnesota. Des partisans de Trump face à la presse pendant un meeting du président, à l'Amsoil Arena, Duluth, Minnesota, le 20 juin 2018. (AFP / Getty Images/Scott Olson)

 

Et puis le meeting se termine. Nous filons pour retrouver le confort et le décollage rapide d’Air Force One. Mais aussi le Régime Trump (gratin de macaronis, travers de porc sauce barbecue, croquettes de fromage, gros morceaux de viande) et comme nous rentrons, on nous propose aussi du vin, du whisky et de la bière. Une fois la fille du président, Ivanka Trump est même arrivée avec un gâteau d’anniversaire.

Comme je vous ai dit : bizarre.

A la Maison Blanche, les journalistes sont une nuisance tolérée, un peu comme une bande de petits rongeurs logeant à la cave ou au grenier. Comme nous sortir créerait trop de problèmes, on se contente de nous contenir. Et quand les habitants de la maison nous jettent un morceau d’information, nous nous ruons dessus.

A turkey is shown to the press before US President Donald Trump participates in a turkey pardoning before the Thanksgiving holiday on November 20, 2018 in Washington, DC.La dinde traditionnellement pardonnée par le président américain pour la fête de Thanksgiving est présentée à la presse. Washington, 20 novembre 2018. (AFP / Brendan Smialowski)

L’aile de la presse, construite sur ce qui était avant la piscine présidentielle, est minuscule. Encombrée par l’équipement des télévisions et des postes de travail, elle manque non seulement de place pour que les reporters puissent tous s’y asseoir, mais même parfois pour en franchir la porte.

La célèbre salle de presse, qui était célèbre quand elle servait de décor quotidien aux télévisions pour le briefing de la Maison Blanche, est maintenant un endroit délaissé. Quasiment abandonné par les porte-parole pour les points de presse réguliers, la pièce a été adoptée par les correspondants ne disposant pas d’un bureau désigné. Penchés sur leurs téléphones ou leurs ordinateurs portables ils ressemblent à des voyageurs d’aéroport un peu perdus.

Us-politics-media"Tout le confort d'un placard à balais". "Stills Country", dans une partie de la Maison Blanche réservée à la presse. Novembre 2018. (AFP / Nicholas Kamm)


L’AFP a la chance d’avoir trois postes réservés, en fait un espace et demi pour trois reporters, dans un coin surnommé « Stills Country *», où mon collègue de l’agence, Jérôme Cartillier, et moi-même travaillons au milieu des photographes d’agence.

« Stills Country » est un endroit génial, -les photographes étant d’excellente compagnie et toujours très bien informés-, mais avec le confort d’un placard à balais. Il n’y a ni lumière naturelle ni ventilation. Notre pièce pour les repas sert aussi d’antichambre pour accéder aux toilettes. Et si vous pensiez que la phrase de Trump sur « le marais de Washington » était une simple métaphore, sachez que les moustiques ont toute leur place à « Stills Country »

Mais pour l’essentiel, nous sommes gâtés. A la différence d’Obama, très affable mais distant, ce POTUS nous livre des déclarations plusieurs fois par semaine. Il jure détester la presse mais à la vérité il ne s’en lasse jamais, ni nous de lui.

US President Donald Trump speaks as he departs the White House in Washington, DC, on November 20, 2018.Donald Trump s'adresse à la presse avant de quitter la Maison Blanche. 20 novembre 2018. (AFP / Jim Watson)

Washington regorge de gens prêts à aborder n’importe quel sujet sans en livrer grand-chose. Trump, lui, s’écarte souvent du scénario et vous livre le fond de sa pensée. Il a un vrai sens de la répartie comique et une absence d’inhibition étonnante. Et quand vous vous dites qu’il ne pourra pas forcer le trait plus loin, il s’y lance.

Il adore se couvrir de louanges outrancières, en racontant à quel point ses homologues étrangers admirent ses actions. Il prétend que le dictateur nord-coréen Kim Jong Un et lui sont « tombés amoureux » l’un de l’autre. Il se vante d’avoir ignoré les appels téléphoniques des alliés de l’Amérique tentant de le persuader de ne pas déplacer l’ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem. Il invente des sobriquets de cour de récration pour ses opposants --  "Pocahontas Elizabeth Warren," "Cryin' (le pleurnichard) Chuck Schumer," "Crooked (la malhonnête) Hillary," etc.

US President Donald Trump speaks to the press aboard Air Force One on September 7, 2018.Le président s'adresse aux reporters à bord d'Air Force One, 7 septembre 2018. (AFP / Nicholas Kamm)

Il a tout de la grande gueule accoudée à un bar, du comédien d’improvisation, du dur de la rue, de la brute de l’école, de l’homme du peuple, et à la base de tout ça, de l’homme d’affaires retors et infatigable dont le nom est synonyme du monde sans pitié du marché de l’immobilier new-yorkais.

Il a déployé toutes ces facettes lors de son déplacement la semaine dernière en Californie après de violents incendies. Dans le compte-rendu qu’il nous en a fait une fois de retour dans Air Force One, il a décrit l’enfer vécu par les habitants et les pompiers, mais sans oublier de lancer une blague sur CNN, la chaîne qu’il adore détester. Une blague drôle mais vulgaire. Il n’a pas pu s’en empêcher.

Il a été aussi incapable de rencontrer, sans parler de réconforter, des gens ordinaires touchés par la catastrophe. Mais il a été d’un soutien sans failles envers les équipes de pompiers et les responsables locaux, y compris le très progressiste gouverneur de Californie, Jerry Brown. Il avait l’air bouleversé. Un peu plus tard, il accordé un moment à des proches de victimes de la récente fusillade de Thousand Oaks. A la fin de cet aller-retour de 18h00 depuis Washington, Trump a conclu que c’avait été une « rude journée ». On a bien vu qu’il le pensait.

US President Donald Trump and Paradise Mayor Jody Jones view damage from the Camp fire in Paradise, California on November 17, 2018Le président américain sur les lieux d'un incendie meurtrier en Californie, à Paradise, avec sa maire Jody Jones, le 17 novembre 2018. (AFP / Saul Loeb)

Dans la Saison 1 du Trump Show, son héros éponyme coulait des jours heureux. Grâce au contrôle des Républicains sur le Congrès, il n’avait pas de réelle opposition. Son style transgressif, en monopolisant l’attention, lui permettait de dominer les débats et de fixer l’agenda politique.

Seulement avec la Saison 2, de nouveaux acteurs font leur entrée.

En janvier, la Chambre des représentants, désormais dominée par les Démocrates, aura à cœur de contribuer au scénario. En dirigeant des commissions parlementaires de contrôle ces derniers pourront exiger des informations que l’administration Trump a jusqu’ici défendu comme relevant de la sphère privée du président. Avec la fin des élections de mi-mandat le procureur spécial Robert Mueller va pouvoir conclure son enquête sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016.

Il ne s’agit pas simplement d’une montée de la pression sur Trump, mais d’une menace existentielle pour le président.

Et l’on a déjà un avant-goût de ses réactions à venir.     

Quelques jours à peine après la perte de la chambre basse du Congrès par son parti, le président est reparti sur le sentier de la guerre. Il a expulsé de la Maison Blanche un journaliste de CNN qu’il a pris en grippe, il s’est moqué de la France pour avoir été envahie par l’Allemagne pendant la Deuxième guerre mondiale, et a défié le tollé provoqué par son remplacement du procureur général par un homme a priori d’accord avec lui sur le fait que l’enquête de Mr Mueller est une « chasse aux sorcières ».

Donald Trump pointe le doigt vers le journaliste de CNN, Jim Acosta, pendant une conférence de presse le 7 novembre 2018. La Maison Blanche a rendu son accréditation au journaliste après la lui avoir retirée à la suite de cette passe d'armes. Donald Trump pointe le doigt vers le journaliste de CNN, Jim Acosta, pendant une conférence de presse le 7 novembre 2018. La Maison Blanche a rendu son accréditation au journaliste après la lui avoir retirée à la suite de cette passe d'armes. (AFP/ Jim Watson)


Un remaniement du personnel de la Maison Blanche, incluant peut-être son secrétaire général, l’ex-général John Kelly, -considéré comme on dit comme « l’adulte de la maison »- pourrait intervenir.

Et tout ça, c’est juste l’actualité des jours passés. Maintenant, essayez d’imaginer à quoi ressemblera la campagne présidentielle pour 2020 : ça ne sera pas joli.

La Maison Blanche, et Washington avec elle, débordent de peur et de colère. Même les rires semblent forcés.

Dans ses conférences de presse, vous pouvez entendre le président insulter un ou une journaliste, le qualifier de stupide, de menteur ou d’être une mauvaise personne, avant de lancer une blague dans la foulée. Trump sait séduire aussi bien que choquer.

Mais c’est un rire du genre nerveux, un rire qu’on a quand on ne sait pas trop à qui on a affaire.

Au fond, ces chemises anti-transpiration pourraient tomber à pic.

US President Donald Trump walks to Marine One prior to departure from the South Lawn of the White House in Washington, DC, August 4, 2017, as he travels on a 17-day vacation to Trump's golf course in Bedminster, New Jersey. Donald Trump s'apprête à quitter la Maison Blanche à bord de Marine One pour des vacances à son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey, le 4 août 2017. (AFP / Saul Loeb)

 

Sebastian Smith