Mercedes AMG Petronas pilotée par Lewis Hamilton, séance d'essai, circuit de Silverstone, 8 juillet 2016. (AFP / Andrej Isakovic)

L'art de "faire" la photo

Belgrade -- C’est un des véritables casse-tête pour un photographe d’agence de presse couvrant la Formule 1, le juste équilibre entre “prendre” et “faire” une photo. Notre production doit coller à l’actualité du moment, à sa vérité, mais une partie intéressante du travail est aussi de faire preuve de créativité.

J’ai commencé à suivre la F1 en 2015, avec en hors-d’œuvre le fameux Grand prix de Monaco. J’étais très excité par ce qui représentait à mes yeux un défi professionnel. La discipline m’était complètement nouvelle, si je mettais de côté une grande expérience personnelle de la chose, mais acquise “à distance”, via la télévision.

Red Bull's Dutch driver Max Verstappen steers his car during the qualifying session for the Formula One Azerbaijan Grand Prix at the Baku City Circuit in Baku on June 24, 2017. Max Verstappen, de l'écurie Red Bull, pendant la séance des qualifications pour le Grand Prix d'Azerbaïdjan, à Bakou, le 24 juin 2017. (AFP / Andrej Isakovic)

Les sept courses de ma première saison m’ont servi avant tout à apprendre ce genre de couverture. Mes collègues plus expérimentés m’ont été d’un grand secours. Et de course en course je me suis amélioré, en essayant à chaque fois d’apporter une touche un peu plus personnelle à ma production.

From R: Mercedes' Finnish driver Valtteri Bottas, Ferrari's German driver Sebastian Vettel, Ferrari's Finnish driver Kimi Raikkonen and Mercedes' British driver Lewis Hamilton compete in the Formula One Russian Grand Prix at the Sochi Autodrom circuit in Le Finlandais Valtteri Bottas et sa Mercedes, suivi par les Ferrari de l'Allemand Sebastian Vettel et du Finlandais Kimi Raikkonen, et la Mercedes du britannique Lewis Hamilton, lors du Grand Prix de Russie, à Sotchi, le 30 avril 2017. (AFP / Andrej Isakovic)
Ferrari's German driver Sebastian Vettel steers his car during the first practice session as part of the Abu Dhabi Formula One Grand Prix at the Yas Marina circuit on November 25, 2016Sebastian Vettel, sur Ferrari, pendant la première séance d'essais pour le Grand Prix d'Abou Dhabi, le 25 novembre 2016. (AFP / Andrej Isakovic)

 

 

“Faire” une image demande une expérience de la course, une connaissance intime des circuits et la maîtrise de certaines techniques photo. J’utilise quasiment toute la gamme des objectifs disponibles, du 16mm fish-eye au 400mm, ou même plus grand parfois.

C’est un sport très particulier, qui intègre étroitement l’homme et sa machine. Une conséquence est qu’il n’est pas toujours facile de montrer son côté humain. Pour être franc, c’est la chose que j’ai trouvé la plus frustrante en commençant à couvrir la F1.

Mercedes' British driver Lewis Hamilton steers his car during the first practice session of the Formula One Russian Grand Prix at the Sochi Autodrom circuit in Sochi on April 28, 2017Lewis Hamilton, écurie Mercedes, dans la première séance d'essais pour le Grand Prix de Russie, à Sotchi, le 28 avril 2017. (AFP / Andrej Isakovic)

 

J’étais à Monaco, positionné sur le fameux virage Mirabeau, avec une longue focale pour saisir un gros plan de la voiture et son pilote. Ce dernier ressemblait à chaque fois à un guerrier de Star-Wars dans son vaisseau de combat.

J’ai compris ensuite que ce genre d‘images était quand même indispensable. Pour le côté humain, je vais chercher du côté des stands ou du paddock, là où les pilotes vont échanger quelques mots avec leurs ingénieurs et leurs fans.

 

Je prends aussi des photos”carte-postale”, qui montrent une voiture dans un cadre reconnaissable et propre au lieu de la course. Avec le temps on apprend où trouver les positions les mieux adaptées au genre de photos que l’on souhaite obtenir.

Ferrari's German driver Sebastian Vettel steers his car during the second practice session at the Monaco street circuit on May 25, 2017 in Monaco, three days ahead of the Monaco Formula 1 Grand PrixL'épingle du Fairmont, juste avant le virage de Mirabeau Bas, immédiatement reconnaissable par les fans de Formule 1. Avec ici Sebastian Vettel, sur Ferrari, le 25 mai 2017, lors d'une séance d'essais pour le Grand Prix de Monaco. (AFP / Andrej Isakovic)

 

Le week-end de F1 commence dès le jeudi, avec la conférence de presse des pilotes. C’est une journée qui permet aussi de se promener dans le paddock, près des ateliers, pour faire des sujets magazine.

Plan, annoté par l'auteur, du circuit de Sotchi en Russie, avec le repérage des positions pour les prises de vues. (DR)

 

Il y a deux séances d’essai le vendredi, qui permettent de faire le plein d’images. Pour cela je prépare un plan détaillé du circuit, avec toutes les positions où je dois me trouver pour obtenir les meilleures photos. Je ne suis pas seul, parce qu’avec l’agence nous travaillons toujours en équipe de deux ou trois photographes pour chaque grand prix. Ça permet de couvrir toute la gamme des photos possibles, gros plan, pilotes, voitures, et images plus “créatives”.

Mercedes' British driver Lewis Hamilton attends the first practice session of the Formula One Azerbaijan Grand Prix at the Baku City Circuit on June 23, 2017Lewis Hamilton et sa Mercedes-AMG dans la première séance d'essais pour le Grand Prix d'Azerbaïdjan, à Bakou le 23 juin 2017. (AFP / Andrej Isakovic)
Mercedes' British driver Lewis Hamilton gestures from his car during the second practice session of the Formula One Russian Grand Prix at the Sochi Autodrom circuit in Sochi on April 28, 2017.Lewis Hamilton, Mercedes, deuxième séance d'essais pour le Grand Prix de Russie, Sotchi, 28 avril 2017. (AFP / Andrej Isakovic)

 

 

Une de mes techniques préférées est la prise de vue panoramique. On utilise une vitesse d’obturation plutôt lente et on déclenche tout en essayant de suivre le mouvement de la voiture avec l’appareil photo. Il faut pas mal s’entrainer avant d’obtenir l’effet voulu, mais avec un peu d’expérience et grâce à la technologie des appareils modernes, j’y arrive assez rapidement.

Mercedes AMG Petronas F1 Team's German driver Nico Rosberg drives during the third practice session during at Silverstone motor racing circuit in Silverstone, central England, on July 9, 2016, ahead of tomorrow's British Formula One Grand PriNico Rosberg, pilote de l'écurie Mercedes, pendant la troisième séance d'essais sur le circuit de Silverstone, le 9 juillet 2016, à la veille du Grand Prix de Grande-Bretagne. (AFP / Andrej Isakovic)

 

Le but est d’obtenir un sujet net, avec un effet de flou autour, pour rendre l’impression de vitesse. Un autre avantage de cette technique est de faire disparaitre les distractions comme la publicité, omniprésente sur le moindre support. Une autre façon d’obtenir cet effet est de photographier avec un téléobjectif, qui floute le décor.

Le samedi, nous avons droit à une dernière séance d’essais, puis à celle des qualifications, qui détermine la place que prendront les voitures sur la grille de départ le lendemain.

Ferrari's German driver Sebastian Vettel steers his car during the second practice session of the Formula One Azerbaijan Grand Prix at the Baku City Circuit on June 23, 2017.Sebastian Vettel et sa Ferrari, pendant une séance d'essais, avant le Grand Prix d'Azerbaïdjan, 23 juin 2017. (AFP / Andrej Isakovic)

 

C’est le moment de saisir les portraits des favoris de la course. En suivant attentivement les nouvelles sur les équipes et les coureurs.  Je profite toujours de la troisième séance d’essai pour un dernier repérage des meilleures positions à prendre le lendemain, le jour de la course.

A grid girl holds a sign with the number 5 of Ferrari's German driver Sebastian Vettel ahead of the Formula One Russian Grand Prix at the Sochi Autodrom circuit in Sochi on April 30, 2017. Sur la grille de départ du Grand Prix de Russie, devant la Ferrari de Sebastian Vettel, le 30 avril 2017. (AFP / Andrej Isakovic)
Mercedes AMG Petronas F1 Team's British driver Lewis Hamilton crosses the finish line to win the Formula One Hungarian Grand Prix at the Hungaroring circuit in Mogyorod near Budapest, Hungary, on July 24, 2016.Lewis Hamilton et Mercedes remportent le Grand Prix de Hongrie, 24 juillet 2016. (AFP / Andrej Isakovic)

 

 

Dimanche, jour de course. Je couvre généralement la grille de départ, qui est envahie de célébrités, de journalistes, mécaniciens, hôtesses, voitures et coureurs. Puis je cours rejoindre ma position pour le départ. Le moment est parfois crucial car sur certains parcours il a de fortes chances de déterminer l’issue de la course.

Pendant cette dernière, je n’ai pas beaucoup de temps pour faire le tour du circuit, et je me concentre sur un ou deux spots, avant de rejoindre les stands pour y attendre l’arrivée. C’est le moment tant attendu du drapeau à damiers, puis du champagne sur le podium. Ces photos-là vont se retrouver partout, mais en ce qui  me concerne le travail du dimanche n’est pas le plus intéressant.

Mercedes' Finnish driver Valtteri Bottas celebrates on the podium after winning the Formula One Russian Grand Prix at the Sochi Autodrom circuit in Sochi on April 30, 2017Valterri Bottas, écurie Mercedes, célèbre sa première victoire en Formule 1, au Grand Prix de Russie, à Sotchi, le 30 avril 2017. (AFP / Andrej Isakovic)

 

Enfin, ne croyez pas que tout ce que je viens de raconteur ressemble à une triste routine. C’est tout l’inverse. Chaque course est une nouvelle occasion de s’améliorer, de chercher de nouvelles idées, de corriger ce qui n’a pas marché la fois précédente. C’est sans fin.  

Ferrari's Finnish driver Kimi Raikkonen steers his car during the third practice session of the Formula One Russian Grand Prix at the Sochi Autodrom circuit in Sochi on April 29, 2017Le Finlandais Kimi Raikkonen et sa Ferrari pendant la troisième séance d'essais pour le Grand Prix de Russie, à Sotchi, le 29 avril 2017. (AFP / Andrej Isakovic)
 Ferrari's German driver Sebastian Vettel drives his car during the first practice session of the Formula One Austria Grand Prix at the Red Bull Ring in Spielberg, on July 7, 2017.Sebastian Vettel et sa Ferrari lors de la première séance d'essais du Grand Prix d'Autriche, à Spielberg, 7 juillet 2017. (AFP / Andrej Isakovic)

 

Andrej Isakovic