Saber al-Ashkar, un Palestinien de 29 ans, lance une pierre en direction de la frontière de l'enclave de gaza avec le territoire d'Israël, le 11 mai 2018. La photo de ce manifestant a valu à son auteur le 25è Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, dans sa catégorie. (AFP / Mahmud Hams)

Cet homme s'appelle...

Gaza, Territoires palestiniens -- Mahmud Hams, photographe AFP basé à Gaza, a été récompensé du 25è Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre pour cette photo d’un manifestant de la “Grande marche du retour” dans l’enclave palestinienne.

A 38 ans, Mahmud est déjà un témoin de longue date des confrontations avec l’armée israélienne, qu’il s’agisse de conflits déclarés ou de heurts comme en ce moment. Il raconte ici son travail.

Palestinian Saber al-Ashkar, 29, hurls rocks during clashes with Israeli forces along the border with the Gaza strip, east of Gaza City, on May 11, 2018, as Palestinians demonstrate for the right to return to their historic homeland in what is now Israel.Saber al-Ashkar, 29 ans, avec son lance-pierres près de la frontière séparant l'enclave de Gaza du territoire israélien, le 11 mai 2018. (AFP / Mahmud Hams)

Cet homme s’appelle Saber al-Ashqar, il a 29 ans.

Il vit à Gaza City et se rend tous les vendredi après-midi à la frontière Est de la ville, dans un endroit appelé Malaka.

Il y vient en bus. Des amis valides l’aident à y monter et à en descendre. Ils l’accompagnent sur les lieux de la manifestation.

Je le croise là-bas toutes les semaines.

Palestinian protesters flee from incoming teargas canisters during clashes with Israeli forces along the border with the Gaza strip east of Gaza City on May 4, 2018, on the sixth straight Friday of mass demonstrations calling for the right to return to thDes manifestants palestiniens reculent face aux tirs de grenades lacrymogènes des forces israéliennes lors de la sixième manifestation du vendredi réclamant un droit au retour, le 4 mai 2018. (AFP / Mahmud Hams)

Deux autres amputés des jambes venaient aussi manifester.

Ils ont été tués depuis. L’un venait de Khan Younès et l’autre de Gaza City.

A Palestinian man uses a slingshot to throw a stone towards Israeli forces as smoke billows from burning tyres during a demonstration along the border with the Gaza strip east of Gaza city on June 1, 2018. A la frontière entre Gaza et Israël, 1er juin 2018. (AFP / Mahmud Hams)

C’est un endroit très dangereux. Plus dangereux à certains égards que quand il y a une attaque ou une incursion israélienne

A Palestinian girl carries a tire in flames during clashes with Israeli security forces near the Israeli border fence, east of Gaza City in the central Gaza Strip on April 13, 2018. - Several thousand Gazans gathered for a third consecutive Friday of massUne jeune fille palestinienne transporte un pneu pour le brasier dont le rideau de fumée est censé masquer les manifestants face aux snipers israéliens. 13 avril 2018. (AFP / Mahmud Hams)

Les manifestants se rendent chaque vendredi à la barrière séparant l’enclave palestinienne de Gaza du territoire d’Israël depuis la « Grande marche du retour » déclenchée le 30 mars. Elle vise d’abord à mettre fin au blocus de l’enclave par l’Etat hébreu.

The brothers of Sabri Ahmed Abu Khader, mourn during his funeral in Gaza City on June 18, 2018. - Sabri was killed by Israeli fire near the Gaza Strip's border with Israel, the health ministry in the Hamas-ruled territory said. Des frères de Sabri Ahmed Abu Khader, 24 ans, -tué par des tirs israéliens près de la frontière-, pendant ses funérailles le 18 juin 2018. (AFP / Mahmud Hams)

Le nombre de manifestants se rendant à la barrière est allé fluctuant, pour enfler à nouveau récemment, comme le nombre de blessés et de morts. Ils sont le plus souvent atteints par des tirs à balles réelles.

A masked palestinian protester stands by smoke rising from burning tyres during a protest near the border with Israel east of Gaza City on August 31, 2018. Gaza, près de la frontière avec Israël, 31 août 2018. (AFP / Mahmud Hams)

Au 12 octobre 2018, l’AFP a compté au moins 204 Palestiniens tués par des tirs israéliens depuis le 30 mars, la plupart lors des protestations le long de la frontière, et d'autres dans des frappes de chars ou de l'aviation israéliennes.

Palestinian women flash the victory gesture as they stand before the fence with Israel during a demonstration along the border with the Gaza strip east of Gaza city on June 1, 2018. (Photo by Mahmud Hams / AFP)Des Palestiniennes manifestent près de la frontière avec le territoire israélien, à Gaza, le 1er juin 2018. (AFP / Mahmud Hams)

Les journalistes ne sont pas épargnés. Mohammed Abed, mon collègue de l’AFP, a été blessé à la jambe le 8 juin. Il est encore en convalescence et se remet doucement. 

Nous arrivons sur place en voiture et puis nous rejoignons les manifestants. Nous portons des gilets pare-balles et des masques à gaz. La plupart des journalistes portent un brassard indiquant leur appartenance à la presse. Ce qui n’empêche pas plusieurs d’entre eux d’avoir été touchés.

Palestinians clash with with Israeli forces near the border between the Gaza strip and Israel east of Gaza City on May 14, 2018, as Palestinians protest over the inauguration of the US embassy following its controversial move to Jerusalem. Les manifestations à la frontière ont redoublé après la décision des Etats-Unis de transférer leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem. Bande de Gaza, près de la frontière, 14 mai 2018. (AFP / Mahmud Hams)

Bien sûr que j’ai peur quand je travaille là-bas et que je vois le nombre de blessures. Celles aux jambes sont affreuses. En plus il y a une pénurie d’antibiotiques et d’autres médicaments dans l’enclave. C’est pour ça aussi que cette histoire est difficile à couvrir. L’endroit est très exposé, et le risque très grand.

A Palestinian demonstrator looks on during clashes with Israeli forces along the border with the Gaza strip, east of Gaza City, on May 11, 2018, as Palestinians demonstrate for the right to return to their historic homeland in what is now Israel. - Over fManifestant palestinien avec sa fronde, près de la barrière séparant Gaza du territoire d'Israël, le 11 mai 2018. (AFP / Mahmud Hams)

Ce billet a été écrit avec Pierre Célérier à Paris. 

Mahmud Hams