Une employée d'un service de location de voiture avec chauffeur pendant une séance de formation pour de nouvelles conductrices, à Khobar City, Arabie saoudite, le 10 octobre 2017. (AFP / Fayez Nureldine)

A visage découvert, ou presque

Ryad (Arabie Saoudite) -- Cela a été un véritable travail de persuasion. La première femme saoudienne à travailler dans une station-service ne voulait pas être interviewée à l’extérieur. Je l’ai convaincue de le faire.

Ensuite elle ne souhaitait pas être vue en train de superviser le travail des employés masculins. C’est pourtant la réalité de son travail. Je lui ai dit qu’en osant le montrer, elle serait un véritable exemple de ce qu’une femme saoudienne peut être aujourd’hui. Elle a accepté. Et j’en suis très fière.

Je suis arrivée en poste à Ryad en août dernier, comme journaliste reporter d’images. J’ai commencé ce métier au Liban, mon pays d’origine, à Beyrouth. Mes parents ne voulaient pas que je fasse d’études de journalisme. Ils me disaient que ce n’est pas un métier pour une fille, que je ne gagnerai jamais ma vie, et que ça compliquerait ma vie de famille.   

Saudi female fans watch the AFC Champions League football match between Saudi al-Hilal and Qatari al-Rayyan at the King Saudi University stadium in Riyadh on March 6, 2018. Spectatrices d'un match de la Ligue des champions d'Asie, entre l'équipe saoudienne al-Hilal et la qatarie al-Rayyan, à Ryad le 6 mars 2018. Les autorités du royaume ont autorisé les femmes à assister à des matches de football pour la première fois le 12 janvier. (AFP / Fayez Nureldine)

Mais je voulais vraiment être journaliste, c’était mon rêve depuis l’école. Je voulais faire une différence dans la société, devenir un exemple pour d’autres. J’y ai un peu réussi je crois, même si je crois aussi qu’il me reste beaucoup à faire.

Female supporters of Saudi's Al-Hilal attend their team's football match against Al-Ittihad in the Saudi Pro League at the King Fahd International Stadium in Riyadh on January 13, 2018.13 janvier 2018. au lendemain de l'autorisation accordée aux femmes d'entrer dans les stades, pendant un match du championnat saoudien, au stade international du roi Fahd, à Ryad. (AFP / Ali Al-arifi)

Et de ce point de vue, travailler en Arabie saoudite est une chance extraordinaire.

J’ai entendu tellement de choses sur la difficulté à y exercer un métier pour une femme. Au point d’en avoir un peu peur, et notamment de ne pas être acceptée au sein de cette société. Je savais bien entendu qu’il me faudrait m’habiller autrement, avec l’abaya, dès que je mets un pied dehors. Mais je me demandais quel regard on porterait sur moi, surtout avec une caméra.

Saudi women sit in a stadium for the first time to attend an event in the capital Riyadh on September 23, 2017 commemorating the anniversary of the founding of the kingdom.Avant d'être autorisées, en janvier 2018, à assister à des matches de football, la simple entrée des femmes dans un stade était exceptionnelle. Comme ici, le 23 septembre 2017, pour une cérémonie de commémoration de la fondation du royaume. Ryad. (AFP / Fayez Nureldine)

Une fois sur place, des collègues masculins m’ont dit : « Mais comment vas-tu faire? Comment pourras-tu prendre un taxi seule ? Ce n’est pas recommandé ! ». J’ai vite réalisé que leurs craintes étaient sans fondement. Je me sens très bien acceptée, y compris par les hommes et les responsables officiels.

Le fait d’être une femme est en fait un atout. Car parmi les évolutions qui traversent le pays celles touchant à la condition féminine sont parmi les plus emblématiques. Comme la société reste très conservatrice, beaucoup de choses concernant les femmes ne peuvent pas être abordées par des journalistes masculins. J’ai par exemple assisté à un concert réservé à une assistance féminine.

A Saudi woman walks past a car outside a hotel in the Saudi capital Riyadh, on September 28, 2017. Devant un hôtel de Ryad. 28 septembre 2017. Les autorités saoudiennes ont annoncé deux jours avant que les femmes du royaume auraient le droit de conduire une voiture à partir de juin 2018. Jusqu'à cette date, l'Arabie saoudite sera le dernier pays au monde à interdire la conduite automobile aux femmes. (AFP / Fayez Nureldine)

Le fait d’être une femme me permet d’établir des relatons très fortes avec celles que je rencontre. Elles se révèlent alors très ouvertes et très franches dans leurs prises de position.

Il est traditionnellement difficile de pénétrer dans l’intimité familiale en Arabie saoudite. Mais là, le fait d’être une femme, étrangère et travaillant pour un grand média international change la donne. Je crois qu’elles me livrent vraiment ce qu’elles ont au fond du cœur. Elles savent que les médias locaux ont beaucoup moins de liberté que nous pour dire les choses telles qu’elles sont.

Quand le pouvoir a annoncé que les femmes seraient bientôt autorisées à conduire, j’ai recueilli des témoignages étonnants de sincérité et de franchise. 

A Saudi woman has a driving lesson in Jeddah on March 7, 2018.Leçon de conduite automobile, Jeddah, 7 mars 2018. (AFP / Amer Hilabi)

La seule vraie barrière reste l’apparition à l’écran. Les femmes saoudiennes me disent quantité de choses, mais elles ont toujours peur de le dire à visage découvert. Pour moi le défi est de les convaincre d’oser le faire, sans qu’elles se mettent en danger.

C’est pourquoi j’étais si fière, pour elle comme pour moi, que Mervat Bukhari, la superviseure de la station-service à Khobar, ait le courage de se laisser filmer.

Murfa Bukhalid, a Saudi petrol station supervisor, poses for picture at the petrol station where she works in Khobar, some 400 kilometres east of Riyadh, on February 20, 2018. / AFPMervat Bukhari, superviseure dans la station-service de Khobar, 20 février 2018. (AFP / Stringer)
A picture taken on February 19, 2018 shows Saudi female gym owner Halah Alhamrania, 41, posing for picture during a training at her centre in the Saudi Red Sea resort of Jeddah. / AFP PHOTO / AMER HILABIHalah Alhamrania, 41 ans, dans la salle de gym dont elle est propriétaire, dans le complexe hôtelier Saudi Red Sea, à Jeddah, le 19 février 2018. (AFP / Amer Hilabi)

 

 

La véritable surprise est que le fait d’être une vidéaste ne soit pas un handicap dans les relations avec les hommes. Il est très rare de trouver une femme reporter d’images. Apparemment c’est un métier considéré comme masculin.

Quand je tourne un sujet dans la rue, les hommes sont surpris de voir une femme tenant une caméra. Et plutôt que de m'éviter, les plus curieux s’aventurent jusqu’à moi pour se renseigner sur ce que j'y fais. Ils sont toujours courtois. Personne ne m’a jamais mal parlé. Les plus attentionnés me demandent même si mon matériel n’est pas trop lourd à porter…

Saudi children ride a camel at Al-Qasim pavilion, during the 32nd Janadriyah Culture and Heritage Festival, held on the outskirts of the capital Riyadh on February 17, 2018. / AFP PHOTO / Fayez NureldineAu festival de la culture et du patrimoine de Janadriyah, dans la banlieue de Ryad, le 17 février 2018. (AFP / Fayez Nureldine)

Pour autant, je ne dirai pas qu’il soit facile de travailler ici pour une femme journaliste. C’est une société conservatrice, traditionnelle. Mais si on la respecte, elle vous respecte.   

Ce billet a été écrit avec Pierre Célérier à Paris.

A Saudi woman poses for a photo with a certificate after completing a driving course in Jeddah on March 7, 2018.Une saoudienne pose avec son certificat délivré à l'issue d'un stage de conduite à Jeddah, le 7 mars 2018. (AFP / Amer Hilabi)

 

Rania Sanjar