La splendeur du carnaval

Venise (Italie) --  Il y a peu de choses aussi profondément ancrées dans la tradition et le décorum que le Carnaval de Venise, un festival d’illusions qui se déroule au long des canaux de la cité du nord-est depuis presque un millier d’années.

 masked woman wearing a traditional carnival costume walks in the streets of Venice, during Venice's Carnival on February 4, 2018. Au bord d'un canal de Venise, pendant le carnaval, le 4 février 2018. (AFP / Tiziana Fabi)

 

Au travers des temps ce moment de gaieté et d’excès s’est achevé traditionnellement par le Mardi Gras, un moment de détente avant les quarante sombres jours du carême qui mènent jusqu’à la Pâques.

Masked revellers wearing traditional carnival costumes stand in St Mark Square during Venice's Carnival on January 28, 2018.Place Saint-Marc, 28 janvier 2018. (AFP / Filippo Monteforte)

 

La première mention de l’évènement remonte à 1094, avant qu’il ne soit institué comme fête officielle par la République de Venise en 1296. Il rassemblait alors des jongleurs, acrobates, musiciens, danseurs, acteurs et bien sûr des participants costumés et masqués.

Masked people wearing traditional carnival costumes sit on a bench in Saint Mark Square in Venice, during Venice's Carnival on February 4, 2018.Sur un banc, place Saint-Marc, 4 février 2018. (AFP / Tiziana Fabi)

 

Avec les masques est apparue une facette sombre des célébrations, l’anonymat qu’ils procuraient autorisant toute sorte de débauche et de comportements délictueux. Au point que leur port est interdit de nuit en 1339 ; puis dans tout lieu de culte, avant qu’il ne soit interdit aux hommes de se déguiser en femmes pour pénétrer dans des couvents féminins.

A masked people wearing traditional carnival costumes pose in Saint Mark Square in Venice, during Venice's Carnival, on February 4, 2018. / A4 février 2018. (AFP / Tiziana Fabi)

 

Le carnaval atteint le sommet de sa renommée au 18è siècle, avec Casanova, et ses récits d’aventures innombrables.

Le règne des Autrichiens, après la chute de la République de Venise en 1797, marque la fin du carnaval. Il n’en reste que des soirées privées derrière les portes fermées des palais. Et ce jusqu’à la fin du 20è siècle.

Masked revellers wearing traditional carnival costumes stand in St Mark Square during Venice's Carnival on January 28, 2018. /28 janvier 2018. (AFP / Filippo Monteforte)

 

Il est revenu à la vie en 1979, avec une vigueur renouvelée. Et ses deux semaines sont les plus (occupées, agitées) de la ville, au point que les autorités municipales envisagent d’en limiter le nombre de visiteurs.

J’ai beau être Italien et photographe professionnel depuis vingt ans, et bien figurez-vous que je n’avais jamais assisté au carnaval avant cette fois. J’habite Rome, où ce n’est pas le travail qui manque, et la couverture des célébrations revenait aux photographes du nord du pays.

A masked reveller wearing a traditional carnival costume takes a selfie during Venice's Carnival on February  4, 2018Selfie. (AFP / Tiziana Fabi)

 

J’ai suivi l’ouverture du carnaval, qui ne m’a pas laissé une aussi grande impression que ce que j’espérais. La première semaine est la plus calme, il n’y a donc pas autant de personnes déguisées que ça. Les récompenses pour les plus beaux masques et costumes sont décernées pendant la deuxième semaine. 

 

Masked revellers wearing traditional carnival costumes pose in Saint Mark Square during Venice's Carnival on February 4, 2018. 4 février 2018. (AFP / Tiziana Fabi)

D’un autre côté, la maigre affluence a rendu le travail plus agréable, on pouvait prendre le temps de faire de belles photos sans courir d’un endroit à un autre.

Le point fort du week-end ouvrant le carnaval est la régate, dans laquelle des centaines de canots et de gondoles remplis de gens déguisés défilent sur le Grand Canal.

A general view shows boats on the Grand Canal during the opening regatta of the Venice Carnival on January 28, 2018La régate qui ouvre le carnaval, sur le Grand Canal, le 28 janvier 2018. (AFP / Filippo Monteforte)

 

On passe le reste de son temps sur la place Saint-Marc. C’est l’endroit de prédilection des participants et des touristes, de ceux qui se déguisent et de ceux qui viennent les admirer. Le lieu est empli d’une atmosphère festive. On a l’impression que tout le monde est là pour se faire prendre en photo. C’est rempli de familles.

Revellers wearing traditional carnival costume pose in St Mark Square during Venice's Carnival on February 3, 2018.Place Saint-Marc, 3 février 2018. (AFP / Tiziana Fabi)

 

Beaucoup restent fidèles à une certaine tradition, un côté classique, mais il y a aussi des tenues plus modernes, parfois complètement décalées. Dans le désordre, j’ai vu des gens déguisés en bonnes sœurs, en moines, en danseurs de flamencos. Et sur une photo, le maire assistant à la régate dans une tenue de Batman.

A reveller dressed in mask and period costume takes part in the opening ceremony of the traditional Venice Carnival on January 27, 2018. 27 janvier 2018. (AFP / Filippo Monteforte)

 

C’est en assistant au carnaval que j’ai vraiment compris le secret de sa longévité exceptionnelle. Il donne à voir une image de l’Italie traditionnelle. Une fête déguisée pour des adultes, dans une des villes les plus belles et magiques au monde.

A masked reveller dressed in a period costume takes part in the Venice Carnival on January 27, 2018. 27 janvier 2018. (AFP / Filippo Monteforte)

 

Filippo Monteforte