Photo de la princesse Diana déposée au pont de l'Alma, le 29 août 1998, un an presque après sa mort dans un accident de voiture à cet endroit, le 31 août 1997. (AFP / Jack Guez)

Un accident "avec une princesse anglaise"

Paris -- Mon scooter n'allait pas très vite, mais ce 31 août 1997, à minuit et demi, j'étais arrivé en un quart d’heure au tunnel du Pont de l'Alma dans lequel un accident "venait de se produire avec une princesse anglaise". C'était ce qu'avait dit à la redchef un journaliste du service des sports, dont les parents habitaient juste à côté.

La première alerte, survenue quelques minutes avant, émanait d’une journaliste du desk France rentrant chez elle, qui avait vu un accident à cet endroit.

L'important dispositif policier qui se mettait en place montrait que je ne m'étais pas déplacé pour rien. 

Princess of Wales Diana poses, 27 January 1988, during her visit to the Footscray Park in suburb of MelbourneLa princesse de Galles, le 27 janvier 1988, dans un faubourg de Melbourne, lors d'une visite en Australie. (AFP / Patrick Riviere)

 

Le quai était fermé. Les brasseries de la Place de l'Alma rentraient leurs terrasses.

En marchant le long du quai je croisais un photographe visiblement choqué. Il m'apprit que la princesse, Lady Di, accompagnée de Dodi al-Fayed, se trouvait dans la voiture qu'on ne pouvait apercevoir,  car située après le virage à gauche dans ce tunnel qui longeait la Seine.

l'épave de la voiture dans laquelle lady Di et son ami le milliardaire égyptien Dodi Al Fayed, assis à  l'arrière du vehicule, ont été gravement accidentés, dans la nuit du 30 au 31 août dans le tunnel de l'Alma à  Paris. Lady Di et Dodi Al Fayed sL'épave de la voiture dans laquelle se trouvaient la princesse de Galles et Dodi al-Fayed, dans le tunnel du pont de l'Alma, le 31 août 1997. (AFP / Pierre Boussel)

 

Les lumières des rues venaient de s'éteindre, à l'exception de celles du tunnel qui éclairaient la dernière ambulance, garée de l'autre côté des poteaux, en direction de la Concorde.

Il me fallait vite prévenir la rédaction et ensuite me mettre à fouiner, chercher un témoin, une information, sentir l'ambiance. 

Un presque après le drame, une jeune anglaise venue de Cambridge vient de déposer un bouquet de fleurs, le 30 août sous le pont de l'Alma à Paris, au pied du poteau heurté par la voiture de la princesse Diana et où elle trouva la mort, le 31 août 19Un an presque après le drame, une jeune anglaise venue de Cambridge vient de déposer un bouquet de fleurs, le 30 août 1998, au pied du poteau du tunnel du pont de l'Alma heurté par la voiture de la princesse Diana. (AFP / Jack Guez)

 

Vêtu d'un long imperméable, un homme aux cheveux longs semblait avoir les mêmes préoccupations. Goksin Sipahioglu, le légendaire patron de l’agence photo SIPA avait fait le déplacement en personne pour récupérer les bobines de films de ses photographes.

M'entendant discuter au téléphone avec l'Agence des conditions de l'accident de la voiture, qu'une dizaine de photographes suivaient en moto, l'un d'entre eux m'avait lancé: "Commence pas ! " Peu après les photographes en question étaient embarqués dans un fourgon de police. Neuf d’entre eux seraient ensuite mis en examen, avec un motard de presse, sur le soupçon que leur comportement aurait poussé le chauffeur de la princesse et de son compagnon à rouler trop vite.

Je restais à l'écart, entre deux voitures. Plus tard, un policier a relevé mon identité alors que la foule commençait à se rassembler. Dix jours après, convoqué à la Brigade criminelle, quai des Orfèvres, j'expliquais être arrivé "après". L'enquête ouverte sur l'éventuelle responsabilité des photographes s'est soldée par un non-lieu.

un cameraman filme, le 1er septembre, l'endroit marqué de graffiti dénonçant les paparazzi, au-dessus du tunnel du pont de l'Alma à Paris où fleurs et messages s'amoncellent en hommageUn cameraman filme l'endroit au dessus du tunnel de l'Alma où les badauds déposent des fleurs et messages en hommage à la princesse de Galles. (AFP / Pierre Boussel)

 

Les badauds s'étaient massés peu à peu, il fallait jouer des coudes, ne pas entendre les commentaires injurieux sur la presse et tenter de trouver un témoin mais il n'y en avait pas, tunnel oblige.

En marchant sur les pelouses et en me faufilant dans les ruelles je suis parvenu de l'autre côté, avec une vue sur le lieu du drame. La Mercedes noire, assez ordinaire, était encastrée de face dans un poteau, le neuvième. Il y avait quelques débris autour, mais rien de monstrueux. Tout était calme. Peu à peu des dizaines de journalistes et de cameramen se sont pressés devant le Palais de Tokyo tout proche, et à partir duquel, avec l’aide de téléobjectifs, ils pouvaient observer la scène. Mais l’essentiel se déroulait dans l'ambulance. Les premiers soins ont paru durer des heures.

The wreckage of Princess Diana's car is lifted on a truck 31 August in the Alma tunnel of Paris. Princess Diana died a few hours after the crash at Paris hospital of La Pitie-Salpetriere of her injuries.L'épave de la Mercedes transportant Lady Diana et Dodi al-Fayed est sortie du tunnel du tunnel de l'Alma, le 31 août 1997, quelques heures après l'accident. (AFP / Pierre Boussel)

 

Les journalistes britanniques venaient me voir :"Toi qui es de l'AFP tu dois savoir ! On a des rumeurs selon lesquelles elle serait morte, tu confirmes ?? ?". Je n'avais aucun élément pour leur répondre, mais je me disais : "ce n'est pas possible, pas si bêtement". Le jour s'est levé alors que l'ambulance venait de partir, tout doucement. Les quais étaient déserts, interdits à toute circulation jusqu'à l'hôpital de la Pitié- Salpêtrière, dans l'est de Paris, près de la Seine.

Après son arrivée, on a appris que Lady Diana était morte pendant le voyage, après plusieurs arrêts du cœur.

The coffin of Diana, Princess of Wales, draped in the Royal Standard, is carried out of the Pitie Salpetriere hospital in Paris 31 August where she died earlier. Diana and her companion, the Egyptian millionaire Dodi al-Fayed, died early 31 August in a caLe cercueil contenant la dépouille de la Princesse de Galles quitte l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour être rapatrié en Grande-Bretagne, le 31 août 1997. (AFP / Pierre Boussel)

 

Un autre journaliste de l’agence attendait à l'hôpital, où  déjà une petite foule se massait. Sur les lieux de l'accident, une bâche a vite recouvert la voiture, hissée sur un camion de la fourrière mais la circulation n'a pas repris. Le moindre débris était photographié, toutes les traces étaient analysées. Quelques jours plus tard une reconstitution a été organisée alors que la réplique de la flamme de la statue de la liberté, offerte par les Etats unis, devenait pour des mois un monument à la mémoire de Diana, entouré de bougies, de messages, de rubans ou de fleurs.        

des centaines de personnes se sont rassemblées, le 31 août, devant la flamme de la statue de la liberté, près du tunnel de l'Alma à  Paris, où la princesse Diana a trouvé la mort, il y a tout juste un an.Rassemblement en hommage à la princesse Diana le 31 août 1998, devant la flamme de la statue de la liberté, au dessus du tunnel de l'Alma où la princesse a trouvé la mort exactement un an plus tôt. (AFP / Joel Saget)

 

Pierre Briand