La guerre, la faim et le choléra

Sanaa -- Chaque jour en quittant la maison je dis au revoir à toute la famille, comme si c’était la dernière fois que je puisse les voir. Parce que c’est une véritable possibilité.

J’habite Sanaa, la capitale du Yémen. C’est un pays de déserts, de montagnes et de tribus, ravagé par la guerre, la malnutrition et les épidémies.

Au point que les Nations Unies l’ont qualifié de plus grand désastre humanitaire dans le monde actuel. Ces dernières années mon pays s’est trouvé aux prises avec un maelstrom de conflits entre groupes locaux et régionaux. Et nous, le peuple yéménite, sommes pris au milieu.

A man stands next to the Yemeni criminal investigations unit in the capital Sanaa on February 5, 2018, a day after the building was hit in an air raid.Le siège de la police judiciaire à Sanaa, au lendemain d'une frappe aérienne, le 5 février 2018. (AFP / Mohammed Huwais)

La descente aux enfers a commencé en 2014. Quand les rebelles Houthis ont pris le contrôle de l’essentiel du pays, dont sa capitale, où j’habite.

Nous nous trouvons pris entre deux forces. Les Houthis sont des chiites soutenus par l’Iran, grande rivale de l’Arabie Saoudite dans la région. Et donc, l’année suivante les Saoudiens ont constitué une coalition militaire et entamé une campagne de frappes aériennes contre les factions alliées à Téhéran. Ils ont aussi imposé un blocus aérien et maritime, qui a empêché l’aide humanitaire de parvenir dans un pays qui était déjà parmi les plus pauvres de la planète.

Yemenis wait next to empty gas cylinders for gas supplies amid increasing shortages in the Yemeni capital Sanaa, on March 5, 2018Des habitants attendent sur un trottoir le remplissage de leurs bouteilles de gaz domestique, difficile à trouver, à Sanaa, le 5 mars 2018. (AFP / Mohammed Huwais)

Et comme si tout ça ne suffisait pas il faut compter avec des groupes se revendiquant d’Al-Qaïda qui se sont bien établis dans le pays, notamment dans le sud et le sud-est. La situation s’est encore compliquée avec la récente montée en puissance de groupes séparatistes dans Aden, la grande cité portuaire du sud. On ne sait plus trop qui y commande, entre ces séparatistes, l’armée et les groupes islamistes.

Fighters from the separatist Southern Transitional Council stand at the entrance of a military camp after they took control of the pro-government position in the Dar Saad district, in the north of Aden, on January 31, 2018Combattants séparatistes aux portes d'un camp militaire après leur prise de contrôle d'un quartier nord d'Aden, le 31 janvier 2018. (AFP / Saleh Al-obeidi)
Yemeni tribesmen from the Popular Resistance Committees, supporting forces loyal to Yemen's Saudi-backed President, drive through a desert road during clashes with Shiite Huthi rebels and their allies in Beihan, in the Shabwa province, on December 15, 201Membres d'une milice tribale soutenant les forces présidentielles, aidées par l'Arabie saoudite, lors de combats contre des rebelles Houthis, à Beihan, dans la province de Shabwa, le 15 décembre 2017. (AFP / Abdullah Al-qadry)

 

 

La vie des citoyens ordinaires est maintenant rythmée par ces luttes. A Sanaa quand je quitte la maison, je crains la mort. Je ne peux pas en sortir le soir après 21h00, ce serait suicidaire.

Quand des coups de feu éclatent dans le quartier les enfants se mettent à hurler. Leurs parents, terrorisés à l’idée que ces combats débouchent sur des frappes aériennes, les descendent généralement dans les étages du bas, au premier ou au rez-de-chaussée.

A picture taken on December 5, 2017, shows the damage after a reported air strike carried out by the Saudi-led coalition targeted the presidential palace in Yemen's Huthi rebel-held capital Sanaa.Les restes du palais présidentiel à Sanaa, après une frappe attribuée à la coalition menée par l'Arabie saoudite, dans le centre de la capitale, tenue par les rebelles Houthis, le 5 décembre 2017. (AFP / Mohammed Huwais)

 

Même si vous n’êtes pas visés directement, ces combats affectent gravement et immédiatement votre existence. Il y a des coupures d’eau, d’électricité. Vous ne pouvez plus aller chercher de la nourriture. Impossible de se rendre à l’hôpital. On se terre dans les immeubles. Il est impossible de se risquer dehors parce qu’il n’y a aucun moyen de savoir qui tire sur qui.

Il faut aussi compter avec les frappes aveugles, qui peuvent tomber n’importe où. Même sur une cérémonie funéraire, comme en octobre 2016, qui a tué 140 personnes et en a blessé 500. Depuis le début de ce conflit et de la campagne saoudienne près de 10.000 personnes ont été tuées.

Displaced Yemeni children, who fled fighting between the Saudi-led coalition and Shiite Huthi rebels, fill up carry containers of water from a tap at a camp in the Yemeni coastal city of Hodeidah, on February 17, 2018. Des enfants, déplacés par le conflit, dans un camp de la ville côtière de Hodeidah, le 17 février 2018. (AFP / Abdo Hyder)
Yemeni children fill jerrycans with safe drinking water from a donated water-tank in the capital Sanaa on July 2, 2017.Des enfants font le plein d'eau potable à une citerne fournie par une ONG, à Sanaa, le 2 juillet 2017. (AFP / Mohammed Huwais)

 

 

A cela s’ajoute une situation humanitaire désastreuse. Le blocus maritime et aérien imposé depuis 2015 a ralenti le flux d’aide humanitaire. La malnutrition s’est installée. On peut mourir de faim au Yémen.      

On peut aussi mourir de maladie, du choléra plus précisément. Il a infecté plus d’un million de mes compatriotes depuis avril dernier. On peut en mourir faute de soins, et surtout faute d’éducation. J’ai connu une famille dans ce cas. Un de leurs enfants est tombé malade, mais ses parents n’ont pas réalisé qu’il était victime du choléra. Ils ont pensé que ça passerait, et ne l’ont pas amené à l’hôpital. Il est mort.

A Yemeni woman holds her child, who is suspected of being infected with cholera, at a makeshift hospital in the capital Sanaa, on August 12, 2017.Une mère et son enfant, soupçonné d'être infecté par le choléra, dans un dispensaire de la capitale Sanaa, le 12 août 2017. (AFP / Mohammed Huwais)
Un bébé souffrant de malnutrition est pesé au centre médical de Bani Hawat, dans un faubourg de Sanaa, le 25 janvier 2018. Selon l'ONU, au Yémen 8,4 millions de personnes sont confrontées à la faim. (AFP / Mohammed Huwais)

 

 

Régulièrement, je rappelle à mes proches les symptômes de cette maladie, pour qu’ils puissent réagir comme il faut si nécessaire.

Je sais bien que notre situation finira par s’améliorer. Elle ne peut pas continuer éternellement. Mais jusqu’à quand ? 

Ce billet a été écrit avec Mohammad Ali Harissi à Dubaï et Yana Dlugy à Paris. 

Displaced Yemeni children, who fled due to the fighting between the Saudi-led coalition and Houthi rebels, study inside a tent at a camp in the northern district of Abs in Yemen's Hajjah province, on February 24, 2018. Des enfants, déplacés par le conflit opposant les rebelles Houthis à la coalition menée par l'Arabie saoudite, étudient dans un camp de tente dans le district septentrional d'Abs, province de Hajjah, le 24 février 2018. (AFP / Essa Ahmed)

 

Jamal Noman