Dans le ventre de Paris

Paris -- Parfois, il vaut mieux ne pas être claustrophobe. Et se dire que de toute façon, on s’en sortira, à l’air libre. Toutes les villes ont leur scène « underground ». Mais Paris en a une véritable dans ses sous-sols, les catacombes, un labyrinthe de tunnels et de caves. 

In this photograph taken on November 7, 2017, Pascal 36, crawls in a chatiere in the banned catacombs of Paris. Pascal, 36 ans, cataphile, dans une chatière des catacombes. 7 novembre 2017. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

La partie ouverte au public est une des plus grandes attractions de la capitale pour les touristes. Mais celle qui m’intéresse est bien plus étendue, jusqu’à 300 km.

This photograph taken on November 7, 2017, shows steps in the banned catacombs of Paris.Une voie d'accès et de sortie des catacombes. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

Elle atteint la proche banlieue.

Son accès est théoriquement interdit, mais difficilement contrôlable, surtout face aux cataphiles.

Comme mon ami Pascal, Parisien de 36 ans, qui explore le réseau depuis vingt ans.

Il l’a découvert quand des connaissances plus âgées ont accepté de l’emmener dans leur exploration.

Il a attrapé le virus. Et a accepté d’être mon guide pour une nuit.

Les catacombes, qui se trouvent sur la rive gauche de Paris, occupent les anciennes carrières, mises à profit à la fin du 18è siècle pour désengorger le cimetière des Innocents, au cœur de la capitale, puis d’autres lieux de sépultures.

Elles accueillent les ossements de millions de Parisiens.

Les tunnels et cavernes ont toujours attirés les curieux.

La partie officiellement ouverte draine un flot ininterrompu de touristes.

Pour ceux qui rechignent à emprunter les sentiers battus, il y a des dizaines d’entrées clandestines, et plus ou moins aisées d’accès, situées dans plusieurs quartiers de Paris.  

Nous sommes passés par une bouche d’égout.

Il est recommandé de bien s’équiper, avant d'y pénétrer. Des bottes imperméables, un casque avec lampe frontale et des vêtements tout terrain.

In this photograph taken on October 31, 2017,  Pascal, 36, manouvers himself through an opening as he exits the banned catacombs of Paris.Pascal sort du sous-sol, dans une rue de Paris. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

Parce qu'il faut parfois ramper, dans la poussière et l’humidité. Il y a des tunnels suffisamment grands pour qu’une personne de ma taille avance debout. D’autres si étroits qu’on se retrouve à quatre pattes, en poussant son sac à dos devant soi.

L’autre équipement indispensable est une carte. Il n’en existe pas d’officielle. A chacun la sienne. Sur une feuille de papier ou chargée sur un smartphone.

This photograph taken on October 31, 2017, shows a person looking at a map in the banned catacombs of Paris. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)
This photograph taken on November 7, 2017, shows a 'cataphile' as they look at a map on a cellphone in the banned catacombs of Paris. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

 

A défaut, on se perd facilement. Comme le plus célèbre des égarés, Philibert Aspairt, portier de l’hôpital du Val de Grâce pendant la Révolution. Il pénétra dans les catacombes, pour atteindre un cellier rempli d’alcool, selon la légende, et n’en ressortit jamais. Onze ans plus tard son corps fut inhumé là où il venait d’être découvert.

This photograph taken on November 7, 2017, shows Pascal, 36 as he pays his respects to the patron saint of cataphiles, Philibert Aspairt besides his grave in the banned catacombs of Paris.Mémorial pour Philibert Aspairt, un portier de l'hôpital du Val de grâce qui s'égara dans les catacombes pendant la Révolution, et dont le corps ne fut retrouvé qu'onze ans après sa disparition. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)


 

Les cataphiles se divisent en deux groupes. Les mordus, comme Pascal, qui vont  régulièrement sous terre pour explorer et cartographier de nouveaux passages, et les explorateurs occasionnels qui s’y rendent pour passer une soirée avec des amis dans une grotte, avec du vin et quelques bougies.

In this photograph taken on November 7, 2017, shows a village carved by cataphiles in the Z room in the banned catacombs of Paris. Un village en miniature, sculpté dans la roche, dans la salle Z des catacombes. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

Après quelques heures sous terre je crois avoir compris ce qui les attire là. D’abord le silence complet qui règne dans l’endroit, alors qu’on se trouve à quelques mètres sous les klaxons et le vrombissement des véhicules dans les rues.

Ce silence vous fait aussi perdre toute notion du temps. J’ai passé environ six heures sous terre, mais je ne m’en serai jamais douté sans consulter ma montre. Le temps m’a paru suspendu, renforçant l’impression de se trouver dans un autre monde.

In this photograph taken on November 7, 2017, shows a street sign in a colorful part of the banned catacombs of Paris. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

La température est remarquablement stable, autour de 15 degrés Celsius.

On pourrait se trouver n’importe où, si ce n’est pour ces panneaux indiquant de temps en temps sous quelle voie de la capitale on circule.

This photograph taken on October 31, 2017, shows the painted wall of the 'Bonaparte' staircase in the banned catacombs of Paris. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)
This photograph taken on October 31, 2017, shows a painted wall in the banned catacombs of Paris. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)

 

On se repère aussi à l’aide de dessins et de graffitis. Et on bute parfois sur des objets improbables. Comme un Vélib ou des peluches.  

Les cataphiles que j’ai rencontrés sont très concernés par la sécurité. Leur terrain de prédilection peut paraître chargé d’un certain romantisme, mais c’est aussi un endroit potentiellement dangereux. Un ami de Pascal est tombé une fois sur deux explorateurs qui s’étaient chacun cassé une jambe. Il s’est arrangé pour les remonter à la surface avant d’appeler une ambulance.

In this photograph taken on October 31, 2017, a person passes through a chatiere as they enter the banned catacombs of Paris.Un passage étroit. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)


S’aventurer dans les catacombes est suffisamment risqué pour qu’une équipe de gardiens de la paix, les « cataflics » comme on les surnomme, soit chargée d’en interdire l’entrée, et d’en gratifier les contrevenants d’une amende de 60 euros.   

Je les ai rencontrés quelques semaines après avoir visité les lieux, pour leur demander de les accompagner un jour. Leur responsable m’a expliqué que leur plus grande crainte portait sur les adolescents qui s’engagent dans le labyrinthe : « Quatre descendent et trois remontent. Et puis c’est à nous d’aller retrouver celui qui manque ».

This photograph taken on November 7, 2017, shows cataphiles as they talk in the Z room in the banned catacombs of Paris. Des cataphiles dans la chambre Z, le 7 novembre 2017. (AFP / Geoffroy Van Der Hasselt)