Poupées d'amour

Tokyo -- Ca paraissait une idée formidable, écrire un reportage sur la vie de ces Japonais qui partagent leur existence avec une amante en silicone. Amour et poupées, un sujet magazine en or, n'est-ce-pas? En fait l’expérience s’est avérée beaucoup plus éprouvante que prévu pour le correspondant magazine Alastair Himmer et le responsable photo du bureau de Tokyo, Behrouz Mehri.

In this picture taken late on June 13, 2017, physiotherapist Masayuki Ozaki puts his silicone sex doll Mayu to bed at a love hotel in Yachimata, Chiba prefecture.Masayuki Ozaki, kinésithérapeute de profession, couche sa poupée Mayu dans la chambre d'un Love Hotel de Yachimata, dans la préfecture de Chiba, le 13 juin 2017. (AFP / Behrouz Mehri)


 

Behrouz: Cette histoire m’a traumatisée pour plusieurs jours. Qui ne le serait pas, après une nuit sans sommeil à prendre des photos d’un homme au lit avec sa partenaire artificielle. Une vraie poupée.

Senji Nakajima, 62 ans, emmène sa poupée Saori à la plage, à Kujukuri, préfecture de Chiba, le 14 juin 2017. Senji Nakajima, 62 ans, emmène sa poupée Saori à la plage, à Kujukuri, préfecture de Chiba, le 14 juin 2017. (AFP / Behrouz Mehri)
In this picture taken on June 14, 2017, 62-year-old Senji Nakajima tries to surf with his silicone sex doll Saori at Kujukuri beach, Chiba prefecture.Senji Nakajima et Saori, plage de Kujukuri, préfecture de Chiba, 14 juin 2017. (AFP / Behrouz Mehri)

 

 

Alastair: Evidemment! On ne s’attend pas à être touché émotionnellement par un sujet magazine, et certainement pas par une poupée de silicone. A priori, l’idée est excellente. Je suis responsable des sujets magazine et sportifs au Japon et si ça n’est pas un bon reportage, alors je ne sais pas ce qui pourrait l’être.

J’avoue que ce n’est pas la première fois que je me retrouve dans une situation étrange. Une fois je me suis enfui d’un tournage de film porno. Mais c’était de la petite bière par rapport à cette histoire de poupées sexuelles.

In this picture taken on April 20, 2017, 62-year-old Senji Nakajima speaks on his mobile phone as his silicone sex doll Saori (L) lies in bed at his apartment on the outskirts of Tokyo.Mr Nakajima dans son appartement de Tokyo, 20 avril 2017. Sa poupée Saori coûte l'équivalent de 6.000 dollars. (AFP / Behrouz Mehri)

 

Pauvre Behrouz. Il n’avait jamais été confronté à un truc de ce genre avant cela. Je m’en veux d’avoir fait subir ça au chef photo. Mais il faut me comprendre aussi. Il m’a fallu pas moins de neuf mois pour monter cette histoire. On  n’approche pas quelqu’un dans la rue en lui demandant: “Est-ce que je peux vous photographier avec votre poupée sexuelle”. Il faut trouver des contacts, nouer des relations, établir la confiance.

Je ne voulais pas saboter le fruit de tous ces efforts par une couverture racoleuse, truffée de clichés vulgaires et moqueurs, sur des Japonais qui sortent avec des mannequins de silicone. Alors quand Behrouz m’a proposé de demander à un de ces hommes, Senji Nakajima, s’il pouvait passer la nuit chez lui pour illustrer l’histoire, je me suis presque étouffé avec mon café. Mais j’ai quand même demandé, Senji a donné son accord, et Behrouz a passé la nuit chez lui.

In this picture taken on April 20, 2017, 62-year-old Senji Nakajima (L) shares a chocolate stick with his silicone sex doll Saori in bed at his apartment on the outskirts of Tokyo.Mr Nakajima partage un stick de chocolat avec sa poupée Saori, dans son appartement de Tokyo. 20 avril 2017. (AFP / Behrouz Mehri)
 In this picture taken late on June 13, 2017, physiotherapist Masayuki Ozaki takes a bath with his silicone sex doll Mayu at a love hotel in Yachimata, Chiba prefecture.Mr Ozaki prend un bain avec sa poupée, Mayu, dans un Love Hotel de Yachimata, le 13 juin 2017. (AFP / Behrouz Mehri)

 

 

Behrouz: Mr Nakajima a décidé de faire un saut au supermarché et m’a laissé seul avec quatre poupées sexuelles dans son appartement exigu de Tokyo. La situation était vraiment étrange. La scène est devenue encore plus étrange à l’extinction des lumières. Je me suis glissé dans mon sac de couchage, à quelques mètres du lit où Mr Nakajima dormait avec sa poupée préféré, Saori. Et juste au moment où je me disais que rien ne se passerait il a commencé à retirer ses vêtements, puis ceux de sa poupée, et puis il a commencé à faire l'amour avec elle. Bien sûr j’ai pris des photos. Mais je me trouvais dans une situation pas très confortable, c’est le moins qu’on puisse dire.

In this picture taken early on June 14, 2017, 62-year-old Senji Nakajima hugs his silicone sex doll Saori while sleeping at a love hotel in Yachimata, Chiba prefecture.Mr Nakajima dort avec sa poupée Saori dans les bras dans un Love Hotel de Yachimata, le 14 juin 2017. (AFP / Behrouz Mehri)

 

Alastair: Après l’interview chez Mr Nakajima j’étais rentré chez moi, avec l’envie impérieuse d’une longue douche, et quand je suis revenu le lendemain matin j’ai trouvé Behrouz dans un restaurant de hamburgers, l’air complètement crevé. Il n’avait pas dîné la veille, parce qu’il était trop occupé à prendre des photos et là il picorait un gâteau au chocolat en guise de petit-déjeuner.

 

Behrouz: Pendant quelques jours après cette aventure, je suis devenu une personne différente. Mon esprit était vraiment troublé pour deux ou trois jours. Je ne juge personne bien sûr. Mais c’était un moment assez difficile pour moi.

 

Alastair: Pour que les choses soient claires, je me souviens bien avoir dit à Behrouz qu’il n’avait pas besoin de passer la nuit avec ce couple.

 

Behrouz: Oui, mais il faut pouvoir montrer cette intimité pour raconter l’histoire. C’est une histoire d’amour pour Mr Nakajima, comme pour l’autre homme du reportage Masayuki Ozaki, et il s’agit de montrer qu’elle est vraie.

In this picture taken on May 9, 2017, physiotherapist Masayuki Ozaki (L) takes pictures of his silicone sex doll Mayu in Tokyo Bay.Mr Ozaki et sa poupée Mayu, dans la baie de Tokyo, le 9 mai 2017. (AFP / Behrouz Mehri)
In this picture taken on April 21, 2017, 62-year-old Senji Nakajima (L) picnics with his silicone sex doll Saori under cherry blossoms in Yamanashi prefecture.Pique-nique sous les cerisiers en fleurs, préfecture de Yamanashi, 21 avril 2017. (AFP / Behrouz Mehri)

 

 

Alastair: Il a fallu des heures de conversations et de bavardages avant que mes interlocuteurs se détendent suffisamment pour livrer des détails intimes sur leurs existences. A leur façon, ils tentent visiblement de surmonter des épreuves personnelles de leur passé et il était important de le montrer, en texte comme en photo, d’une façon respectueuse.

Comme par exemple quand Ozaki a parlé de la façon dont sa femme et de sa fille, qui vivent sous le même toit en compagnie de sa poupée Mayu, s’accommodent de cette cohabitation étrange.

Comment la fille d’Ozaku, en grandissant, se voit remettre les vêtements usés mais désormais à sa taille de la poupée Mayu, ou comment encore la voix de Mr Nakajima s’est éteinte en nous disant: “Je ne sortirai plus jamais avec une véritable femme, quoi qu’il arrive”.

In this picture taken on May 9, 2017, a man takes pictures of physiotherapist Masayuki Ozaki and his silicone sex doll Mayu in Tokyo Bay.Mr Ozaki et Mayu, baie de Tokyo, 9 mai 2017. (AFP / Behrouz Mehri)
In this picture taken on June 14, 2017, physiotherapist Masayuki Ozaki (R) prepares to check out of a love hotel after spending a night with his silicone sex doll Mayu in Yachimata, Chiba prefecture.Mr Ozaki s'apprête à quitter avec Mayu un Love Hotel de Yachimata, le 14 juin 2017. (AFP / Behrouz Mehri)

 

 

Behrouz: Un soir, avant que Nakajima et Ozaki n’emmènent le lendemain leurs poupées pour faire du surf, -vous avez bien lu: du surf-, ils ont passé la nuit dans un Love Hotel, avec des chambres équipées de lits ronds et décorés de répliques de la Vénus de Milo. Je les ai accompagnés. J’étais tellement absorbé par mon travail qu’une fois terminé je n’avais  rien de mieux à faire que de m’écrouler sur une banquette de la chambre de Mr Nakajima, dans un drôle de ménage à trois.

A un moment, les deux hommes se sont mis en tête, au même moment de prendre chacun de leur côté un bain avec leurs poupées. Et me voilà à courir d’une chambre à l’autre pour ne rien manquer. C’est ma première expérience d’un Love Hotel, et j’y partage une chambre avec un homme et sa poupée sexuelle...

 

Alastair: Je ne m’excuserai jamais assez pour ça…

Masayuki Ozaki avec ses poupées à son domicile de Tokyo, le 9 mai 2017.Masayuki Ozaki avec ses poupées à son domicile de Tokyo, le 9 mai 2017. (AFP / Behrouz Mehri)

 

Alastair Himmer
Behrouz Mehri